Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 15:46

Après avoir ronchonné sur la scie médiatique d'hommages à feu Michel Legrand, je viens d'entendre une phrase qui me plait bien, tirée du livre J'ai le regret de vous dire oui. Celle-ci est de Saint John Perse :

"Il ne faut pas disséquer la gorge du rossignol"

Quel magnifique métaphore pour exprimer la nécessité de prendre les œuvres comme elles sont, sans vouloir à tout crin les expliquer. Cela rejoint pour moi cette distinction de Roland Barthes, à propos de la photographie in La chambre claire entre le studium et le punctum.

Je suis complétement en accord avec cette façon de voir, d'entendre, de sentir les choses de l'Art. Ce qui m'importe avant tout est que je sois touché, ou non, par l’œuvre. La glose,  l'intellection, pour autant qu'elles soient, restent secondes, même si elles apportent un plus à la compréhension.

D'ailleurs, faut-il toujours comprendre une œuvre ? Ne suffit-il pas souvent, en son for intérieur, de la vivre ?

Rien que pour ça, merci Messieurs

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 20:00

Dans le même opus que précédemment cité, j'ai trouvé ce texte de Francis Blanche (oui... encore) vraiment très beau. Du coup, je vous en fais profiter.

Qui sait où et comment on se procure la peau de chagrin ?... Honoré de Balzac, dans son fameux roman, s'est bien gardé d'évoquer ce mystère...

Le chagrin est une sorte de chat sauvage, de couleur grise, qui vit dans les montagnes... Son cri, triste et lugubre, impressionne le voyageur qui se hasarde, la nuit, sur les routes en lacets, où les sapins noirs montent la garde, dans l'ombre. Il faut se mettre à plusieurs pour en venir à bout. Car tout seul, on arrive mal à chasser le chagrin. Voici un champ de soucis. Les chagrins ne doivent pas être loin. Car le chagrin s'installe volontiers au milieu des soucis ou des pensées, quand elles sont de couleur sombre. Là-bas, au pied d'un saule pleureur, un chagrin vient d'être repéré. Il somnole, visiblement repu par un trop bon repas de cancrelats. Car c'est une chose bien connue, que le chagrin se nourrit de cafard.

Texte éminemment poétique, sublime jeu avec les mots, immense beauté. Monsieur Blanche, c'est tellement beau,drôle... et profond. Chapeau bas. A lire, et relire, encore et encore.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 17:48

A la lecture de cet aphorisme, je n'ai pas réagi tout de suite. Ferez-vous de même ?

"Une révélation : les ganglions sont des fauves qui vivent dans le désert, comme les lions... mais en bande"

Alors ???

Une fois de plus, Merci Monsieur Blanche

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 09:33

Hier chez Emmaüs, j'ai eu la chance de trouver un livre qui regroupe les pensées, répliques et anecdotes écrites ou réalisées par l'excellent Francis Blanche. Je ne résiste pas au plaisir de partager.

Cette première, fondement d'une utilisation cartésienne de l'absurde

"Ce n'est pas en mangeant que l'on devient forgeron. Même si l'on ne veut pas devenir forgeron"

et celle-ci, qui m'a fait mourir de rire.

"Dans notre série Les travailleurs de la mer, voici La pêche au sirop"

Mille mercis Monsieur Blanche

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 13:37

Je ne pensais pas, quand j'ai écrit le post SAUVER OU PÉRIR, que moins de 15 jours après, l'actualité nous donnerait la preuve de l'engagement des hommes du feu.

Monsieur Cartannaz, Monsieur Josselin, vous avez payé de votre vie pour sauver vos prochains.

Qu'honneurs et respect vous soient rendus.

Bien humblement, merci à vous.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2019 4 10 /01 /janvier /2019 17:07
 
 
 

2 001 859 signatures pour la pétition de L'affaire du siècle, yes ! Ce qui selon le texte du CESE, devrait permettre potentiellement de présenter quatre fois la pétition...

Une chose est sure, c'est que numériquement parlant, il n'est pas possible de signer deux fois la pétition avec les mêmes coordonnées et que, même si certaines identités peuvent être bidonnées, il n'en reste pas moins que cela devrait ne pas représenter 75% de l'ensemble. Et quand bien même si cela était, 25% de 2 001 859, ça fait plus de 500 000 ! Alors, tout va bien.

Et il reste encore de la place sur le feuille. Relayons, relayons encore cette manifestation d'inquiétude non violente... et signons derechef pour la planète, pour nous, pour nos enfants, petits enfants, arrières petits enfants, and so on.

https://laffairedusiecle.net/

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2019 4 10 /01 /janvier /2019 07:00

TOM

Pas besoin de chercher sur le net aujourd'hui pour me souvenir que ça s'est passé un 10 janvier.

C'était la première fois que je voyais naitre un enfant pour de la vraie. Il est sorti, un peu avant la date prévue, tout frêle, poussant des tout petits cris de chaton.

Les larmes d'émotion coulaient sur mes joues.

Mon fils venait de me procurer un des plus beau bonheur de ma vie.

Merci mon Thomas

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 07:56

7 janvier 2015, 4 ans déjà.

Cabu, Wolinski, Charb, Bernard Maris, revenez, il y a du boulot...

Vous nous manquez.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 12:50

Cette année, moins que des vœux, j'ai envie d'envoyer des remerciements.

Remerciements à celles et ceux qui, au péril de leur vie parfois, je pense aux pompiers, sauvent des vies tous les jours.

Remerciements à celles et ceux qui tiennent bon pour que les humains ne finissent pas en nourriture pour les poissons en Méditerranée.

Remerciements à celles et ceux qui ouvrent les bras pour accueillir avec humanité ces désespérés.

Remerciements à celles et ceux qui montrent leur mécontentement tout en respectant le bien public, tout en essayant d'utiliser les mots comme arme, et non les poings.

Remerciement à celles et ceux, je pense tellement fort à la plupart de mes collègues, qui au quotidien se battent pour que les petites têtes blondes, brunes, rousses vivent dans le respect des autres, dans l'empathie et l'altruisme.

Remerciements à celles et ceux qui œuvrent jour après jour, à la veille de temps de noirceur, de tristesse et de peur, pour que le mot fraternité ne se vide pas de son sens.

Remerciements.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 11:24

En ce jour anniversaire de la première séance publique de cinéma des frères Lumières, je vous propose une petite balade sur le site http://www.institut-lumiere.org/musee/les-freres-lumiere-et-leurs-inventions/premiere-seance.html Un moment pour découvrir ou redécouvrir dix films qui montrent à la fois le génie technique des frères Lumière mais aussi leur profonde inspiration cinématographique. Merci Messieurs.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 19:21

Ce post n° 7777 est un hommage, Monsieur Pierre Desproges, qui aimiez le rangement jusqu'à la maniaquerie. Pour mieux comprendre cela, un extrait de vos œuvres :

« Je ne suis pas à proprement parler ce qu’on appelle un maniaque. Simplement j’aime que tout brille et que tout soit bien rangé. Quand je rentre à la maison, la première chose que je fais, c’est de me servir du thé. Je me verse moi-même le thé, bien au milieu du bol. Le sucre doit être vertical. Sinon, c’est le bordel. Ensuite je range le bureau, le chien, les gosses et j’astique le zèbre. [...] J’aime beaucoup les zèbres, les rayures sont bien parallèles. J’aime que les choses soient bien parallèles. Je n’apprécie rien tant que cet instant, trop éphémère, hélas, où ma montre à quartz indique 11 h 11. Parfois j’ai un orgasme jusqu’à 11 h 12. »
Extrait de Pierre Desproges se donne en spectacle (Papiers).

7777... j'espère que là où vous êtes, cela vous sied. Une fois de plus, merci à vous. Sans vos mots, sans vos traits d'humour, vos saillies drôlatiques, vos idées qui mettent à mal toute rationalité, qui fâchent le cartésianisme, ce blog ne serait pas ce qu'il est.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 13:15

A propos de la crise actuelle des gilets jaunes, la plus belle sortie, je viens de la voir dans le canard enchaîné n°5120 du jour. En dernière page, un portrait de Manupiter, l'air maussade, disant 

"Je plie mais ne ronds point"

Admirable. Monsieur Kerlerou... chapeau bas !

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 17:03

Donner aux enfants le goût de lire, l'envie d'écrire dès le plus jeune âge, même dans les quartiers dits difficiles, est un challenge. Quand celui-ci est réussi, c'est un réel plaisir.

Pour illustrer cela, deux textes produits par des élèves de CE2 dans un REP+*

 

Regarder

Regarder, c'est regarder la mer

Regarder, c'est regarder la route

Regarder, c'est regarder les mots

Regarder, c'est regarder les autres

                                                                      Kahina

 

Parler

Parler, c'est parler au coeur

Parler, c'est parler aux sentiments

Parler, c'est parler aux amis

Parler, c'est parler à soi-même

                                                                        Awab

 

Merci à vous les enfants

*Réseau Éducation Prioritaire +

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 19:10

Il y a des images que j'aurais aimé faire. Celle-ci en fait partie. Subtile, sublime.

Merci Monsieur

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2018 6 15 /12 /décembre /2018 10:09

Hier, l'équipe féminine de handball français disputait la place en finale du championnat d'Europe. J'ai regardé le match. Quel plaisir.

Mesdames, que vous jouiez au hand, au foot, au rugby... je suis admiratif. Qui plus est, je ne me souviens pas de vous avoir vues vous battre sur un terrain, autrement que dans le cadre des règles sportives.

Je garde le souvenir de l'aide apportée hier par la gardienne française à une joueuse adverse qui s'était blessée. Proximité avec la joueuse douloureuse au sol, soutien pour lui permettre de marcher et regagner le banc de touche, et bisous empathique avant de reprendre sa place sur le terrain.

Vos homologues masculin confondent souvent force et brutalité. Vous, au contraire, savez allier puissance et technique, tactique et élégance, stratégie et fair-play, ce n'est pas rien.

Merci pour le spectacle que vous nous offrez à chaque fois.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 17:01

Si souvent nous pouvons douter des politiques, les tancer, les défier, il arrive parfois que nous devions leur savoir gré pour l'image qu'ils sont capables de montrer dans des moments terribles, quand le pays vacille, au delà de contestations légitimes de fond. Quand pays est blessé dans la chair de ses enfants, ils savent tracer avec intelligence la voie d'une unité nationale. Merci Messieurs.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 15:01

Il n'y a pas que de mauvaises nouvelles aujourd'hui. Cédric Herrou voit casser sa condamnation pour avoir aidé des migrants. Une bonne claque dans la gueule des identitaires !

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 19:23

Indubitablement, le jeu de cet acteur me scie

Vous me faites tellement rire, merci Monsieur Keaton

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 19:13

A quelque chose malheur est bon finalement. La montée de la colère d'un certain nombre de français et l'incurie du pouvoir d'en haut, de tout en haut, ont finalement permis de redonner aux maires de France et de Navarre un vrai rôle dans l'exercice de la démocratie. Merci à vous Mesdames et Messieurs les maires de bien vouloir recueillir les doléances de celles et ceux qui au quotidien vous côtoient et qui, jusqu'à il y a peu, souffraient en silence. Vous êtes le premier maillon de cette démocratie en laquelle nombre de nos concitoyens ont de plus en plus de mal à croire. Merci à vous. Je souhaite aussi que l’État reconnaisse votre travail, qu'il cesse de vous prendre pour de simples exécuteurs, qu'il vous redonne des moyens réels pour agir auprès d'une population qui n'en peut plus de tant d'arrogance et d'oubli. Vous êtes les premiers garants, si vous en avez les moyens, d'une démocratie qui perdure.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 18:16

Madame Jessy Trémoulière, joueuse française de rugby féminin, est demi d'ouverture ou arrière au Stade rennais rugby ainsi qu'en équipe de France à XV et VII. Elle vient d'être désignée meilleure joueuse de l'année 2018 par la Fédération internationale de Rugby.

Je vous ai vue, Madame, évoluer lors de matchs fort intéressants contre l'Irlande, l'Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse, l'Italie lors du dernier tournoi des six nations et j'avoue que j'ai eu grand plaisir à vous voir jouer, au sein d'une superbe équipe auprès de laquelle vos homologues masculins auraient bien des leçons à prendre. La Fédération internationale de Rugby ne s'y est d'ailleurs pas trompée ; pour ce trophée sportif, sur 5 joueuses en lice, 4 étaient françaises...

Alors, bravo à vous Madame pour ce titre, bravo aussi à vos collègues de jeu en équipe de France. Je continuerai à regarder vos matchs avec grand enthousiasme tant la qualité du jeu et l'intelligence sont au rendez-vous. Merci !

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 12:46

Cornegidouille ! Vous n'étiez que sept visiteurs uniques hier... bloqués par les Gilles et jaunes ? Allons allons foutre-cul, surfez mes bons, surfez derechef ! Et... mille mercis d'avance.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 18:49

Je revenais de faire quelques courses ce samedi soir pluvieux d'automne. Dans la voiture, comme à l'accoutumée, j'écoutais la radio, France Inter. Guillaume Gallienne, voix calme, lisait des extraits du tout nouveau prix Fémina, Le lambeau, de Philippe Lançon.

Les mots faisaient images, fortes, d'autant plus fortes, pesantes, que, moi qui n'ai pas été touché dans ma chair lors de l'attentat de Charlie Hebdo, je peine encore à me souvenir de ce jour là sans que les larmes viennent embuer mon regard.

Je me revois ce 7 janvier 2015, dans la cuisine de la résidence où je préparais le repas de midi pour Nicole. C'était un mercredi, il était un peu plus de onze heures trente. Je me souviens que France Info égrenait en continu l'actualité récurrente. Je me souviens qu'il y a eu ce moment où l'annonce d'un attentat m'a glacé le sang. Je me souviens qu'en apprenant à qui les terroristes s'en étaient pris, j'ai senti mes jambes flancher, effet de cisaillement, sidération.

Je ne connaissais pas les victimes personnellement, mais d'entre les cinq, j'en connaissais deux, tellement. Cabu, Wolinski, qui avaient bercé mon adolescence de leurs dessins amusants, impertinents, provocateurs. Cabu, Wolinski. Je leur dois encore aujourd'hui le plaisir de la dérision, le sens de l'autodérision, le goût de l'humour, parfois grinçant. Certes, ils n'ont pas été les seuls à contribuer à la construction de ma pensée, mais ils y ont eu leur place, importante.

Les savoir assassinés, liquidés, m'a été aussi terrible que la perte d'un proche. Leur meurtre, et celui de leurs autres compères, qui partageaient la même façon de voir les choses m'a atteint, retourné, bouleversé. Au delà de ce qu'ils représentaient pour moi, ils étaient aussi symboliques. Liberté de penser, liberté de s'exprimer, liberté ! La chose était si évidente que je n'en avais jamais mesuré l'importance.

Monsieur Lançon, vos mots, portés magnifiquement par Monsieur Gallienne, m'ont touché, profondément. Merci à vous. A la veille de la commémoration de la fin de la première guerre mondiale, ce que j'ai entendu ce jour me permettra de penser, le 11 novembre, aux victimes de la connerie meurtrière humaine, quelle qu'en soit la forme.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 19:00

Le seul hommage que mérite aujourd'hui le maréchal est bien celui que lui a rendu, depuis longtemps, cet excellent Philippe Geluck. Et oui, pendant que le poilu combat...

Merci Monsieur Geluck

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 20:12

5 novembre... anniversaire de la mort de deux grands de la bande dessinée, en 1977 pour René Goscinny, 6 ans plus tard pour Jean-Marc Reiser.

Merci à vous Messieurs, votre humour est fortement ancré en moi et m'aide, au quotidien, à écrire des posts.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2018 2 30 /10 /octobre /2018 13:10

Il y a quelques temps, j'ai posté sur les deux séries réalisées par Bruno Dumont et diffusées sur ARTE. En fouillant un peu, j'ai découvert que celles-ci avaient été tournées sans aucun recours à des acteurs pro. Voici un article fort intéressant de Libé, et un autre de La Voix du Nord, qui disent comment ce réalisateur a fait appel aux sans grade pour incarner les différents personnages. Une superbe expérience de cinéma, pour les spectateurs, et pour les acteurs. Merci Monsieur Dumont.

Partager cet article
Repost0