Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 12:55

Le virus m'a repris ces derniers temps, après une accalmie de plusieurs mois, alors... cadeau.

Grand merci à tous ces street artits de grand talent qui me permettent de rêver et de triper en faisant ces prises de vue.

GRAS FÎT TEE
GRAS FÎT TEE
GRAS FÎT TEE
GRAS FÎT TEE
Partager cet article
Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:53

Il y a les seigneurs de la guerre, le sport est une guerre métaphorique, alors oui, Monsieur Wilkinson, vous êtes un Seigneur. Peu importe la victoire d'hier, Toulon ou Castres, Castres ou Toulon, ce qui subjugue en vous, c'est votre attitude sur le terrain. Impressionnant, vous êtes impressionnant d'intelligence dans le jeu, de justesse dans le geste, de fair play dans le comportement. Si tous les sportifs étaient de votre trempe, il y aurait certainement moins de crétins décérébrés sur les terrains et dans les tribunes. Pour ce que vous êtes, pour l'exemple montré à tous ceux qui vous regardent, et je pense en particulier aux jeunes, merci Monsieur Wilkinson, Merci.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 17:11

Aujourd'hui, pas d'âneries, pas de commentaires stupides sur des images improbables, pas de coups de gueule contre les politiques incorrects ou imbéciles, pas de coups de calcaire contre celles et ceux qui se gavent de fric en regardant leur prochain crever dans la misère.

Non, aujourd'hui, je souhaite simplement dire ma très grande tristesse d'apprendre qu'un homme de valeur vient de nous quitter.

La mort a fauché Michel Dinet, Président du Conseil Général de Meurthe et Moselle samedi soir, à quelques kilomètres de sa ville, dans le toulois.

Je ne ferai pas l'historique de la vie politique de Michel Dinet, bien des organes de presse s'en sont chargé. Je veux seulement, en homme, en citoyen aux profondes convictions sociales dire à Monsieur Dinet l'immense respect que je lui porte, la profonde désolation de voir partir aussi brutalement cet humaniste qui a tant œuvré pour sa commune, sa circonscription, son département, pour celles et ceux qui vivent en Meurthe et Moselle.

J'ai eu parfois l'occasion de l'approcher, de l'écouter et même de lui adresser la parole. C'était un politique hors pair, intelligent, brillant. Proche de ses concitoyens, il écoutait que que chacun avait à lui dire et je suis convaincu qu'il l'entendait. Un politique comme il nous en manque tant. Un honnête homme. Valeur et conviction n'étaient pas des termes clientélistes dans sa bouche, elles étaient réalité. L'humanisme était incarné.

Pour ce que vous avez été, pour votre engagement, pour votre œuvre politique et sociale, profond respect, Monsieur le Président.

HOMMAGE
Partager cet article
Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 19:22

Mes p'tits chouchoux, pas de panique, oncle Patrick est de retour. Il s'était absenté quelques temps sans laisser de mot sur la porte. Honte à lui, il n'avait pas prévenu non plus la concierge qui du coup n'était pas dans l'escalier pour indiquer que le boudin Patrickicide n'avait pas, comme on eût pu le croire, sévi derechef.

Etant de retour à la maison, les âneries vont pouvoir reprendre.

Dans tous les cas, merci de votre inquiétitude !

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 22:50

Mesdames, vous n'avez rien à envier aux hommes. Ce soir à Grenoble contre les joueuses anglaises, vous nous avez montré un rugby de qualité, précis, intelligent, beau. Votre sens du collectif est exemplaire. C'est la première fois que j'ai l'occasion de regarder du rugby joué par le sexe dit "faible"... tu parles ! Vraiment, réellement, vous m'avez fait passer une superbe soirée. Merci

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 13:41

Vous ne connaissez pas Plonk et Replonk ?

Alors allez voir ça !

Vous connaissez Plonk et Replonk mais vous ne saviez pas qu'il existait un site ?

Alors, allez voir ça !

Vous connaissez Plonk et Replonk ainsi que le site ?

Alors retournez voir ça !

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 10:00

La belle gueule de rital à moustache blanche nous a quitté. Les iconoclastes pleurent.

Ciao François et encore merci !

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 09:27

Quoi ! J'apprends à l'instant que Stéphane De Groodt suspend sa tribune sur Inter. Quel dommage, j'aime tellement comme tu nous parles dans Comme on nous parle de Patricia Clark. Reviens nous vite Stéphane. En attendant, j'irai satisfaire mon addiction en ré-écoutant tes chroniques . Ah... j'oubliais, merci Stéphane.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 17:43

Cher visiteur unique, hier tu as fait péter les score du mois ; tu as été 18 à venir surfer et cela le 26ème jour du premier mois de l'année. Cela porte à 286 le nombre de tes visites, ainsi, en moyenne, tu es maintenant 11 par jour. Merci, MERCI ! Tu remplis mon cœur de joie de l'amitié et mon foie de whisky à fêter la multitude des visiteurs uniques. Je suis d'autant plus comblé qu'hier était la finale de la coupe d'Europe de handball et que, malgré cela, tu n'as pas boudé le blog. Béni sois-tu, cher visiteur unique, j'aime tes longs cheveux et ton omniprésence. Seule une bienséance apprise lors d'une éducation enfantine drastique, mais toutefois bienveillante, m'interdit de répandre ici mes protéines bien que l'état de satisfaction dans lequel je me trouve me le permettrait sans coup férir.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 19:39

Aujourd'hui, je dédie cette image à la patronne et cuisinière d'un petit coin sympa en France à qui une bande de commères ignares a un jour commandé du calamar.

Le quarteron d'andouilles, trois imbéciles conduites par une harpie dont la réputation d'emmerdeuse n'était et n'est toujours plus à faire alentour, a boudé ce qui se trouvait dans l'assiette.

Cette recette espagnole est pourtant délicieuse, je peux l'affirmer pour y avoir goûté à plusieurs reprises.

Mais voilà, le calamar était géant... pas comme celui que l'on pêche près de nos côtes. Alors, plutôt que de médire, ces dames auraient pu s'étonner poliment. Mais de cela il ne fût pas question. La cuisinière ayant expliqué qu'il s'agissait de calamar géant se fit agonir, conspuer. Et que c'était du calamar OGM, et que le calamar géant ça n'existe pas...

Alors que leurs mecs s'étaient tapé la cloche du même met, ne laissant rien traîner dans l'assiette, les quatre bouffonnes ne daignèrent toucher une seule bouchée du plat servi.

La cuisinière en fût bien marrie et meurtrie, alla vérifier la justesse de son propos, sur l'emballage du produit et ailleurs tant les viragos l'avaient fait douté. Le calamar géant existait bien, elle avait raison contre l'absolue certitude sertie d'ignorance crasse.

Alors, mesdames les buses, je confirme par cette image les dires de cette cuisinière. Si j'avais un jour douté que la connerie géante existe, avec vous, j'ai pu m'en convaincre de visu. Alors mesdames, celle-ci est tellement coriace qu'il est vain de vouloir vous convaincre mais au moins, justice sera ainsi rendue publiquement à une personne qui fait son boulot avec sérieux, honnêté et générosité, toujours dans l'esprit de satisfaire ses client(e)s.

CAS L'ÂME, ART GEANT
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 15:07

Y'a des jours où l'énervement gagne et y'en a où la grâce républicaine, je crois moyen à la grâce divine, vous fait découvrir des lieux aussi innattendus qu'improbables.

Si vous allez traîner vos guêtres à St Malo, pénêtrez dans la ville intra-muros pour y découvrir "Le café du coin d'en bas de la rue du bout de la ville d'en face du port. La java"

Du bonheur à l'état pur !

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 10:09

Pour votre dernière au théâtre Monsieur Bedos

 

MERDE !

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 15:54

Rideau,Monsieur Bedos ? Vous tirez votre révérence cette année à la veille de Noël.

Que dire ? C'est votre droit, quoi qu'en disent vos admirateurs frustrés.

Que dire ? Je ne suis pas triste, non, car ce n'est pas une mort.

Que dire ? Je ne pourrai venir vous voir, je ne vous aurai jamais vu sur scène et ce sera un toujours un regret.

Que dire ? Depuis que je suis en âge d'avoir un tantinet de réflexion, depuis que j'ai la prétention de savoir prendre parfois un peu de recul, depuis que ma conscience politique est née, vos propos m'ont toujours touché, fait rire et surtout réfléchir.

Que dire ? Vous avez, par vos jeux de mots, votre esprit du rebond, votre cynisme parfois, contribué à forger la tournure d'esprit que j'ai aujourd'hui.

Que dire ? Votre engagement politique, et non politicien, est beau. Vous savez garder la distance nécessaire pour analyser, et nous faire analyser, le quotidien de la vie de la cité.

Que dire ? Vos détracteurs pourront se réjouir de votre départ, fi ! "Quand on a entendu du Mozart, le silence qui suit est encore du Mozart" disait Sacha Guitry... Je suis sur que votre parole résonnera encore dans le silence qui suivra votre dernière apparition sur les planches, au grand dam des crétins précités.

Que dire ? Merci Monsieur Bedos... simplement, merci !

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:34

18 visiteurs uniques hier... Ben mes doudous, qu'est ce qui vous arrive ? Un coup de mou. Besoin d'un petit réconfort stupido-loufoque ?Allez allez, ça va passer. Ceci dit, continuez.... Merci

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 23:59

Igudesman and Joo.

Je ne sais plus si j'ai un jour posté sur ces deux cinglés ? Si ce n'est pas le cas, c'est le moment de vous les présenter, si c'est le cas, une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal. Surtout, regardez leurs vidéo et s'ils passent dans le coin, foncez les voir, sans oublier de me prévenir... on ne sait jamais.

En tous cas, c'est jubilatoire.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 08:41

Depuis hier, France Inter fait dans l'autocélébration... mais moi ça me va bien ces cinquante ans auto-fêtés pendant trois jours. J'y entends des voix qui ont émaillé ma vie depuis que j'ai souvenir d'écouter la radio.

A commencer par les images de mes dimanches matin (paradoxal pour la radio) de gamin où je me régalais de l'Oreille en coin de Jean Amadou en prenant le bain hebdomadaire. Il y eut aussi plus tard ces soirées, veilles de lycée, avec Claude Villers et Pas de Panique. J'avais à l'époque récupéré la petite radio de ma grande sœur posée au pied du lit, la radio, pas ma grande sœur.

Plus tard encore, le Tribunal des flagrants délires avec le même Claude Villers, avec Luis Rego, avec un temps Isabelle Motrot et puis Pierre, Pierre Desproges. Ce fabuleux Pierre, qui aujourd'hui encore est une de mes sources d'inspiration, un creuset dans lequel j'ai appris à distiller les mots de la langue française, l'esprit déjanté, le bonheur de l'irrationnel mais aussi la distance au politique (au sens de la vie de la cité).

Je me souviens des bons moments où la radio volait la vedette à la télé les dimanches soir, à l'époque où je n'étais pas encore un adulte mais où l'enfance s'éloignait : combien de ces soirées passées avec les commentaires de Jean Louis Bory, Georges Charensol et compagnie du Masque et la plume. Ma mère et moi attendions ce moment qui accompagnaient notre repas vespéral. Délice des commentaires enflammés, vachards, admiratifs... sur les films à l'affiche.

Bien sur, j'en oublie mais je dois à cette radio une partie de ce que je sais et suis aujourd'hui. Ma connaissance d'une foule de choses étonnait souvent la mère de mes enfants. Je le devais à l'écoute assidue de Lucien Jeunesse et du Jeu des 1000 francs. Non pas que l'émission construise une culture encyclopédique avec des sujets approfondis, mais elle activait la curiosité, donnait envie de savoir, avec le sel du jeu.

Et puis il y eût, avec l'arrivée de la majorité et la maturité de l'homme jeune, la conscientisation politique. Les diverses émissions de fin de journée traitant des sujets d'actualité, les rendez-vous politiques... toute chose qui enrichit ceux qui s'intèressent à la res publica.

France Inter a su me faire rire mais aussi m'émouvoir. Je me souviens d'avoir eu les larmes aux yeux à l'évocation de telle ou telle saloperie engendrée par l'Homme, capable du meilleur mais aussi du pire. Il y eût des Interception qui m'ont remué les tripes. Il y eût aussi des chroniques, pas si lointaines que ça, merci François Morel, pour me faire croire qu'il y a encore sur cette chienne de terre, des gens qui ne considèrent pas leur prochain comme des sous hommes (Untermenscheen disaient les Nazis). Il y a encore des hommes et des femmes pour qui dignité est un mot sensé.

Citer toutes les émissions de France Inter qui m'ont accompagné durant la vie, et qui continuent de le faire, n'est pas facile tant il y en eût.

Je serai malhonnête si je disais être un inconditionnel, un fan absolu et décérébré. Non, il y eût et il y a des émissions que je n'écoutai ou n'écoute pas. De celles qui ont pu ou peuvent m'agacer, que je ne citerai pas par pure charité chrétienne (quoique... )

Il y eût aussi des épisodes, pas si lointains que ça, lors du précédent quinquennat où j'avais du mal avec la France Inter. Je reconnais avoir été suspicieux, avoir eu des coups de sang contre le directeur et le président de la chaîne. Il y avait peut-être des raisons de me conduire à ça, tant l'agité du sommet mettait, explicitement ou non, la pression sur les médias. Je le confesse, je pouvais avoir une réaction épidermique à un certain nombre d'événements, de remerciements de gens couillus qui osaient l'impertinence, sans pour autant la confondre avec la grossièreté. A l'heure du "casse-toi pauv'con" ça faisait du bien d'entendre encore des voix qui osaient dénoncer le pouvoir en place.

A l'heure où j'écris ces lignes, j'écoute cette France, dite Inter et je me régale. Ainsi, cet anniversaire me réjouit, me met en joie, me fait retrouver toutes ces premières gorgées de bière (Merci Philippe Delerm) qui ont émaillé ma vie.

Alors, je me joins à la bonne humeur du moment, je ne boude pas le plaisir de souhaiter à cette radio, à mon tour, bon anniversaire et même si je pense ne pas être en état à l'heure où sonnera le centenaire... longue vie.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 16:34

Alors voilà, j'y vais depuis des lustres et j'ai complétement omis d'en dire du bien sur ce blog stupide... shame on me.

Réparons la chose. Vous ne connaissez pas Grég ? Vous n'êtes jamais allés au Pré Verre, 1 rue St Michel, à Nancy ? Foutre cul !

Un bar à vin avec ambiance cool, même pour le vieux comme moi, des vins sympas, à la bouteille ou au verre, qui ne laissent pas exsangue votre porte monnaie. Des tartines à grignoter en sirotant ou encore mieux, la tuile charcuterie ou fromage, ou encore mixte, aussi beau que bon ! De la musique qui ne rend pas idiot, au contraire. Un patron souriant, accueillant, rigolard mais discret et surtout compétent dans le conseil sur les divins breuvages qu'il sert, faisant bon usage de ce qu'il a appris en œnologie.

Alors, sans attendre, précipitez-vous.

 

Pré Verre, 1 rue St Michel, à Nancy

03 83 32 02 71

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 21:56

Avez-vous vu le film "Les garçons, et Guillaume, à table" de Guillaume Gallienne ? Non ? Alors, précipitez-vous. 85 minutes de drôlerie, de sensibilité, de tendresse, d'humour, sans jamais tomber dans le pathos, le vulgaire, la médiocrité. 85 minutes qui passent vite tant l'ennui est absent de la salle. Non seulement on ne s'ennuie pas mais en plus, la salle s'amuse, rit, se sent bien.

Guillaume Gallienne nous embarque dans 85 minutes inspirées de ce qu'il a vécu, dans un univers où les hommes, les vrais, se frictionnent à la testostérone pour montrer qu'ils en ont ! Ben oui, la dose était insuffisante, a priori, pour le héros de cette autobiographie puisque considéré comme "non homme", vous savez, ceux avec les couilles qui précèdent l'esprit.

Dans la salle, pas un rire gras sur la différence, pas un rire gras à l'évocation des pédales, de la féminité considérée comme anormale de l'homme, pas plus que de l'homosexualité. Non, des rires de bonne humeur parce ce film fait rire, mais d'un rire sain, provoqué par la cocasserie des situations.

Et puis, certes, Guillaume Gallienne parle de Guillaume Gallienne, mais là, pas de surprise, c'est annoncé dès le début, dès le titre. Et puisque Gallienne est la vedette du film, incarnant son personnage et celui de sa mère, alors considérons le travail réalisé, le jeu d'acteur, impressionnant. Le montage cinématographique n'est pas en reste. Bien sur, il est académique, mais d'un bel académisme. Les transitions contribuent à la bonne humeur ambiante, car souvent inattendues. On se laisse porter.

Alors est-ce parce qu'il y a un part de féminité en moi que j'ai aimé ce film et qu'il restera pour moi un souvenir jubilatoire, je n'en sais rien. Une chose est sure, c'est que le public lui aussi, doit être doté d'un pourcentage de progestérone équivalent à celui qui coule dans mes veines car je n'étais pas le seul, ce soir, à me réjouir et jouir de ce bon moment cinématographique.

Un majorité de critique de cinéma ne s'y est pas trompée et a apprécié, et pourtant certains esprits chagrins comme Pierre Murat pour Télérama, Jacques Mandelbaum du Monde, Joachim Lepastier des Cahiers du cinéma ont conspué ce film. Peut-être en faut-il, comme les crétins dans une société pour que le contraste montre qu'il existe aussi des gens intelligents.

Bref, ne vous fiez pas à ces peine à jouir et filez vite prendre votre place. Le regard critique du public est certainement ce qui permet à l'art d'exister pour tous et pas seulement pour quelques intellos dyptéro-sodomites !

Ah... j'oubliais... Merci Guillaume.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:21

Décidément, j'aime vraiment ce que fait cette artiste... beau, drôle, étonnant, et pas seulement ésotérique !

PILE ART
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 14:15

2 novembre 2013, 2000ème post !

Depuis le 19 septembre 2010,

à dire jour d'édition du 1er post,

il y a donc 1141 jours,

vous avez été

5399 visiteurs uniques

à venir surfer sur ce blog,

soit une moyenne de 4,73 visiteurs par jour

donc, 4 sains

et un légèrement diminué.

Vous avez consulté

19321 pages,

soit une moyenne de 16,93 pages par jour ;

la dernière page n'est donc jamais lue jusqu'au bout !

Un effort, que diable...

De mon côté, j'ai commis une moyenne

de 1,75 posts par jour,

ce qui témoigne d'un travail pas toujours achevé !

Ceci dit, grand merci à vous toutes et tous.

Je vous embrasse tous et surtout toutes.

Et bien sur... ne lâchez pas

Continuez le surf !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 22:10

Simplement grandiose ! A écouter, re-écouter et surtout constater qu'un lexique de trois mots (allô, fille shampoing) ne fait pas l'intelligence, mais ça, on le savait déjà.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 15:15

Connaissez-vous Stéphane De Groodt ? Pour ma part, le boudin artériel improbable mais fatidique, si on ne le condamne pas, qui me cloue, comme disait une chouette amie, à la maison, m'a conduit, et pas en état d'ivresse, à l'entendre jeudi matin sur France Inter dans l'émission de Pascale Clark, non, pas la chaussure, la reporter, et pas forcément de Sienne. C'est un fou furieux, ou plus précisément un fou fût rieur. Je vous invite instamment , mais pas à midi, c'est trop tôt, à l'écouter, même sans passoire.

Pour cela soit vous vous connectez le jeudi matin sur Inter si vous êtes de ceux qui attendent leur pitance de ceux qui travaillent encore pour nourrir cette France profiteuse du n ième âge ou vous cliquez sur le lien suivant, ce qui est stupide car il n'y a pas de lien précédent mais bon, la vie n'est pas toujours simple, comme disait un ami herboriste qui s'intéressait beaucoup au Moyen Age et pas forcément de raison.

Vous pouvez aussi cliquer sur le lien qui suit le lien suivant dont j'ignore le nom, pas du lien suivant... de celui qui suit... j'en vois qui ne suivent pas. C'est pourtant simple et pas forcément d'esprit.

Voilà, après l'avoir écouté, relisez ce post, vous verrez qu'il déteint, Stéphane de Groodt, pas le post !

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 10:19

Ravi Shankar s'est éteint... En ces temps de crise particulièrement anxiogènes, lui rendre hommage en l'écoutant est aussi un moment où l'apaisement vous gagnera.Alors...

 

 


 
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 18:50

"Les toilettes s'il vous plaît ?

 

1163940_people-practice-yoga-in-front-of-the-presidential-o.jpg

 

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

"C'est par là !"

...

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 18:38

Etant atteint, je le sais maintenant, d'une maladie, si si, la sécu l'a dit, qui risque de laisser ce blog sans rédacteur, à dire les apnées du sommeil, j'ai décidé moi aussi d'organiser une grande collecte annuelle médiatique :

 

le Dodothon.

 

Cependant, afin de ne pas émacier vos porte-monnaies, afin d'éviter des frais de compte par trop astronomiques, afin de réduire les frais de compteur de sous, j'ai décidé que les dons se feraient uniquement en nature. Ainsi, n'hésitez pas à me contacter par le biais de ce blog, je pourrais même vous faire économiser vos frais de port en venant chercher moi-même poulardes, huîtres, langouste, gigue de chevreuil et autres escargots... 

 

Si vous insistez pour les dons en liquides, sachez que je bois à peu près tout et que, outre les divins breuvages de nos vignes, le cardiologue qui me suit préconise le whisky, écossais ou japonais... au choix.

Partager cet article
Repost0