Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 20:22

Aaaahhhh mes bichounets, je vous présente toutes mes confuses, il y a deux jours, je désespérais en voyant le compteur des visiteurs unique bloqué sur 0 et aujourd'hui... à la date incriminée, il annonce que vous avez été 15 visiteurs, toujours aussi uniques, à venir surfer sur la vague de mon ire ou le ressac de mes âneries. Pas de doute, le hamster qui flique les visiteurs uniques a du être pris de gastro-entérite ou pire encore, de vérole cintrée ! Du coup, en bien piteux état, il n'a pu faire le job. Grand pardon lui soit accordé, mais s'il recommence, hop, je demande sa reconduite à la frontière illico. Non mais, avec un coup comme ça, j'ai failli perdre des amis précieux, hamster de mes deux !

Merci à toi, Lerouge, de m'avoir mis la puce à l'oreille de la goutte d'eau qui a mis le feu au lac. Soit béni entre toutes les femmes... Hum... je m'égare.

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 15:26
TEST AMANT MORD BIDE !

Considérant l'inhumation d'un banal abouti, la crémation trop bobo, l'embaumement trop égyptien, la session de mon corps à la science trop prétentieuse, j'ai décidé qu'à mon trépas, mes héritiers solliciteront les services d'un taxidermiste.

Empaillé, je désire être empaillé. Si possible d'ailleurs avec quelques brins de lavande ici et là. Tout ça pour que mes petits enfants puissent continuer à jouer avec leur grand-père sans craindre les mauvaises odeurs. Merci de laisser les orbites vides afin que les petits puissent à loisir, y glisser des billes de verre de leur choix, gagnées âprement à la récréation.

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 10:05
FORCE AIMANT

Timbuktu sept fois récompensé par un César.

J'ai vu le film, souscris au discours, apprécié... mais on ne m'enlèvera pas de l'idée que Charlie est pour quelque chose dans cette avalanche de titres.

Cela n'enlève toutefois rien à la qualité du film. Merci Monsieur Sissoko.

Partager cet article
Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:06
à l'EAU SI Né

Discount... Pas vraiment un film diatribe, plutôt une comédie dont le sujet, à travers les tranches de vie de quelques employés d'un petit supermarché, dénonce l'exploitation dégueulasse des salariés, la pression du fric sur l'humain...

Pas un discours philosophique, mais un moment où entre sourires et grincements de dents, ces Robins des bois modernes nous rappellent que des hommes et des femmes sont les esclaves contemporains au service de la consommation.

On sait tout ça, mais ça fait du bien, par les temps qui courent, de voir ça et de penser que Solidarité peut être un mot plein de sens, une amorce de solution.

Certains ont pu considérer Discount comme simpliste. Non, il est simple et sans prétention.

Allez le voir, on en parle après.

Bon, je vous laisse, je dois aller chercher mes bières à la Superette du coin, vous savez, celle qui ferme à 21h !

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 14:05
VIE VEUT L'AFFRE ANSE

Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

Bernard Caseneuve, notre sinistre des gens qui prennent des balles pour défendre tous les autres, a décidé ce jour de naturaliser français Lassana Bathily, cela mardi prochain !

Les signatures de la pétition, qui atteindront les 300 000 ce soir ont peut-être aidé à cela, mais qu'importe.

Monsieur Bathily, c'est un honneur pour nous que d'accueillir dans notre nation des personnes telles que vous.

Bienvenue !

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 16:10
LASSANA BATHILY, MALIEN, MUSULMAN

Sur le site https://www.change.org/ une pétition circule actuellement pour que Lassana Bathily soit naturalisé français.

Lassana Bathily est cet homme qui vendredi a eu la présence d'esprit de protéger un groupe d'individus qui se trouvaient dans l'épicerie casher de la Porte de Vincennes.

L'initiatrice de la pétition demande que la France le décore de la Légion d'honneur.

Pour ma part, je pense que le faire entrer au tableau des "Justes parmi les Nations" serait un acte tellement plus symbolique.

Bien plus symbolique, parce qu'au delà de la Fraternité, ici incarnée, inscrite au fronton des institutions de notre beau pays, Lassana Bathily verrait ainsi son nom gravé sur le mur d’honneur du Jardin des "Justes parmi les Nations" de Yad Vashem, à Jérusalem. Quel plus beau pied de nez à la barbarie pourrait-on envisager ?

Chacun prendra position selon sa conscience, liberté de penser oblige.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 15:27
SEL AVERS ITE VRAIE

Je découvre votre chronique aujourd'hui, merci Monsieur Proust.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 15:18
UN VIT TASSE ION

Demain, quand j'ouvrirai les statistiques de fréquentation du blog, je verrai que l'une ou l'un d'entre vous sera la/le 10 000ème visiteuse/visiteur unique depuis la création de Plaisir de Mots.

Une bouteille de Pouilly Fumé à qui sera cette personne... preuves à l'appui. Hi hi hi !

Non, c'est un peu salaud et de toutes façons, vous savez pertinemment que si vous venez dans les locaux de la rédaction, on s'enverra un canon, cela bien sur sans intention belliqueuse !

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 14:41

Hosanna, hosanna au plus haut d'essieux

Ahhhhh là est grand

Loué soit le duplex

Yahvé pas une hésitation

Surtout si Vishnou fout la paix

Merci à toi Lerouge, de nous libérer des artifices qui envoient la pub sur les sites sur lesquels nous allons, de nous libérer de ces saloperies de pisteurs virtuels qui renseignent nos compagnes sur nos hésitations entre Youporn et Redtube, de bloquer les boutons des raies zoos sociaux.

Alors, benêt que je suis, je ne savais pas qu' Adblock Plus pouvait, avec ses petites mains, jeter à la poubelles ces papiers de chiottes numériques qui viennent te vendre tout et n'importe quoi alors que tu as juste envie de surfer pépère, qui protègent ta pulsion libidineuse, qui empêche la secte des Face de Boucs, celle de Tout Hit et les autres de venir te tirer par la manche.

En un mot comme en cent, la pub intempestive vous emmerde quand vous voulez surfer sur cet excellent mais néanmoins modeste blog, alors, si vous mozillez, cliquez ici pour installer l'outil Haddock et si vous chromez, cliquez ici et pour la pub Tintin ! J'avais l'adresse pour IE, mais je l'ai Milou ??? Je sais plus.

Merci Lerouge, c'est décidé, je te proposerai pour recevoir une légion d'honneurs !

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 16:26
RAIE... PAS RATION

Sous le coup de l'émotion hier, j'ai oublié de citer dans ma dédicace du post "Mourir pour des idées" le dessinateur Honoré et l'économiste Bernard Maris.

Merci bien sur à eux aussi, comme à leurs collègues que je ne connais pas, qui par leurs dessins ou leurs chroniques, ont contribué à ce que le jour de ma mort, je sois un peu moins bête.

Réparation !

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 11:44

Asseyez-vous. Imaginez. Douze personnes, emmitouflées, mitaines aux mains, bonnet vissé sur la tête. Pas de pluie, pas de neige,mais l'air qui passe en courants froids et véhicule une humidité qui perce le vêtement. C'est bien l'hiver. Le décor est blafard, néons réfléchis sur les petites faïences rectangulaires blanches. Sol gris sale, maculé de l'irrespect du voyageur qui jette papier gras et autre ticket de transport. La voûte réfléchit le brouhaha, rames entendues au loin, pas de l'homme pressé, de la femme en retard qui à ce petit groupe ne porte aucun regard. Devant cette assemblée, la foule protéiforme évolue à mesure du flux des passants. Certains filent à toute allure, d'autres se faufilent, tentant d'éviter ceux qu'ils croisent, d'autres encore restent debout, immobiles, pris par ce qui se passe ; j'en suis. L'événement est là, devant nos yeux. Au sein de la petite formation, les pages se tournent, les corps se meuvent, ajustant ça et là l'instrument, positionnant le lutrin pour éviter sa chute. L'archer se pose sur les cordes et soudain, le temps s'efface, le lieu se restreint à l'espace intérieur. Haendel, La Sarabande. Les notes s'envolent, lentes, graves, majestueuses. Le couloir terne du métro s'illumine au point de disparaître de la vue. Malgré le bruit ambiant, la musique, servie par l'architecture, est omniprésente. Elle pénètre les corps, les esprits. Fi de tous les fâcheux qui passent en bougonnant. Le temps est suspendu, l'instant touche au sublime. Merci encore à vous, musiciens et métro, improbable orchestre de chambre, de m'avoir fait vivre cela.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 13:13

Je sais, je vous en ai déjà parlé, mais il est indispensable, comme pour la variole, de faire une picouse de rappel de temps à autres.

Alors, vous avez un coup de mou ? Certes, Plaisir de mots vous égaie, mais il vous faut surtout aller chez Plonk & Replonk, des déjantés rares !

Et si vous avez envie de voir encore plus de leurs folles images, je vous offre ce lien.

Encore merci les gars, pour les crampes aux abdos.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 18:14

Lucien Clergue n'est plus.

A vrai dire, je me demande ce qu'il m'a le plus apporté ? Le goût des plages salées et de la mer, le bonheur de regarder le corps de la femme, encore et encore, le plaisir jamais tari de faire de la photo... ou les trois en même temps.

Merci Monsieur.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:52

Le cricket... !?!?!?

Drôle de sport... je n'ai jamais compris les règles. En revanche, j'ai vraiment bien rigolé en regardant "La grande séduction" un film de Jean-François Pouliot, sorti en 2004.

Je vous mets le lien ici pour vous donner une idée mais il faut voir le film en entier... et pas seulement pour le cricket... truculent. Un bon moment de détente.

On le trouve même en DVD à vil prix !

CRI QUÊTE
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 21:40

Extrait d'une interview d'Ariane Mnouchkine sur France Inter en mai dernier. Cette dernière réagissait à l'intervention d'une auditrice, enseignante, qui lui disait sa gratitude à propos du travail de théâtre réalisée, du plaisir qu'elle avait eu à voir le dernier spectacle monté à la Cartoucherie, à Vincennes.

Voici donc la réaction d'Ariane Mnouchkine

" ... d'abord merci... mais puisqu'on parle de gratitude, et que vous avez dit que vous étiez enseignante, (... ) je voudrais vous dire la mienne et  à travers vous, ma gratitude aux profs (... )... au travail que vous faites... (... ) je dis souvent que vous êtes les héros des temps modernes... et vous l'êtes vraiment... parce que en fait ceux qui vraiment luttez contre la barbarie, au fond c'est vous et les seuls qui avez confiance en la jeunesse au fond c'est vous"

A mon tour de vous remercier, Madame, pour ces propos. Il est tellement peu commun, aujourd'hui, d'entendre dire du bien du beau métier que nous exerçons. Entre, les colibets, le mépris, les insultes et même parfois les coups, notre profession a bien perdu de sa superbe.

François Dubet, le sociologue, disait il y a quelques années que la sacralisation du statut d'enseignant avait disparu.

Si la sacralité n'y est plus, celles et ceux qui continuent, contre vents et marées, contre vilipendages et anathèmes, contre manque de reconnaissance institutionelle et condamnation souvent irréfléchie des foules, celles et ceux qui continuent donc à prendre en charge, dès le plus jeune âge, ces enfants, adultes de demain, future société, celles et ceux qui font ce travail, retrouvent, à travers vos mots, Madame, un sentiment devenu si rare... celui de l'honneur. Soyez-en mille fois remerciée.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 11:41

Mademoiselle
Je suis totalement d'accord avec votre approche de la construction d'un être humain .
L'éducation , si elle se fait sans prosélytisme moral , politique ou religieux , peut mener tout individu à une pensée individuelle libre .

MALALA

Merci pour votre travail , votre courage, votre engagement .
Restez comme vous êtes . Votre intégrité , votre engagement et votre charisme doivent échapper à la récupération politique .
Longue vie à vous , Mademoiselle, votre prix Nobel fait de vous un modèle pour l'homme .
Ce sera un honneur pour nous de vous suivre .

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:47

Quoi de plus intéressant que les conversations à bâton rompu entre collègues, dans l'heure de midi, à propos de tel ou tel usage de la langue que nous sommes en devoirs, bons soldats de la Républiques que nous sommes, d'enseigner à nos chères têtes blondes et moins blondes.

Ainsi, il y a peu, la conversation tourna autour de l'apprentissage de la négation, avec ce petit artifice de "la paire de lunette", un verre "ne", un verre "pas", qui aide les élèves à saisir que "ne" arrive avant le verbe et que "pas" lui succède, formant ainsi les bésicles citées, accrochées au nez de la phrase négative.

Et mes collègues de dire que les enfants avaient du mal à apposer chacun des verres négatifs de part et d'autre du verbe, avec toute la litanie des remarques que l'enseignant peut faire quand il rame à faire entrer la notion dans des têtes rétives.

J'eus l'outrecuidance d'avancer que la possibilité du monocle existait itou, le verre "pas" n'étant pas indispensable à la négation alors que le verre "ne", lui, si.

Tudieu ma mère, les boucliers se levèrent. La négation était double, un point c'était tout. L'affirmation était péremptoire et inconditionnelle. Comme disait mon beau père... on marche sur deux jambes !

Sur de mon fait, j'insistai... et bien sur, la gent pédago-féminine m'intima sur le champ et illico de produire l'exemple propre à contredire... leur dire. La chose ne me vint pas immédiatement à l'esprit et je bredouillai une phrase indigne de figurer au Trésor de la Langue Française.

Nonobstant, après un échange où j'admis bien volontiers que la statistique donnait raison à mes collègues sur l'usage le plus fréquent des binocles "ne"-"pas" en regard de celui du simple monocle "ne", je dus accepter l'humiliation, sympathique au demeurant, d'être relégué au rang des martiens qui causent la France pas comme les autres.

De cet épisode, je gardai à l'esprit l'idée de leur apporter un peu de ce langage ésotérique qui fait la richesse de notre langue. Ainsi, me plongeais-je dans les dictionnaires, grammaires et autres encyclopédies qui rendent intelligent le futur tas de poussière que nous redeviendrons, une fois la camarde passée.

La délectation m'envahit et je m'arrêterai à cela pour ne pas verser dans l'inconvenance. Mais voilà, mes exemples flambaient au fronton desdits ouvrages. Je pose ici un lien qui m'a comblé d'aise, conversation d'amoureux, plus ou moins spécialistes, de la langue.

J'ai donc décidé, en hommage taquin à mes collègues que j'estime et dont l'engagement pédagogique n'a d'égal que l'amitié qui nous lie, de leur dédier les quelques lignes qui suivent...

 

Mes chères collègues

Je ne sais si mes mots

Vous auront offensées

Je n'ose imaginer

Que la belle amitié

Qui ne peut s'étioler

En subisse le coup

Et si c'était le cas

Je ne cesserai d'être

Votre humble serviteur

Votre ami, l'Histrion

Qui ne manquera d'être

Toujours à votre écoute

Quelle qu'en soit le tribu

Je ne daigne m'asteindre

A vous tourner le dos

Et je ne peux qu'aimer

Cette belle amitié

Qui au cours des années

Ne bougera, c'est sur...

 

Hi hi hi !

 

Spéciale dédicace à Nath, Blandine, Mymi, Chloé, Fatiha, Céline

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:05

Place Stanislas, Nancy, hommage à la première guerre mondiale. Au détour d'un massif de fleurs dressé dans le cadre de la manifestation annuelle Éphémère jardin, des poèmes. Ou plutôt, dans la catégorie poèmes, des haïkus, écrits par les poilus de la grande guerre.

Ils traduisent l'effroi, la peur, la mort et la vie.

J'ai été touché par l'un d'eux. Je vous le livre

 

Un trou d'obus

Dans son eau

A gardé tout le ciel

 

Maurice Betz

 

Lisez, fermez les yeux, laissez-vous porter.

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 13:28

Ici l’œuvre picturale d'Edward Hopper, là le film de Gustav Deutsch. Croisement de deux arts visuels. Treize tableaux du milieu du siècle dernier, un film sorti le 17 septembre 2014 ; Shirley, visions of reality - je préfère le titre anglais à la traduction française, Shirley, un voyage dans la peinture d'Edward Hopper que je trouve stupide et qui surtout réduit le travail du cinéaste. Le réalisateur s'appuie sur quelques tableaux du peintre américain pour brosser des moments choisis de la vie quotidienne américaine de1931 à 1963. Société, politique, culture y sont évoqués via Shirley, incarnation d'une actrice de théâtre de cette époque. Mais le film ne dépeint pas seulement cela. Shirley existe, elle a des états d'âme. G. Deutsch nous les fait partager, ils sont le reflet ou plutôt les ombres de la caverne de Platon que convoque Deutsch dans le film, de cette tranche de vie et d'histoire entre les effets de la crise de 29 et "I have a dream" de Martin Luther King.

Je ne sais pas si j'ai tout compris de l’œuvre de Hopper, mais une chose dont je suis sur, c'est que le cinéaste a su prendre cette étrange ambiance qui émane des tableaux du peintre. Il a su y apporter de l'avant et de l'après qui ne dénature pas un instant le moment figé du tableau.

Le mouvement, essence même de l'art cinématographique, la dynamique son, des musiques apportent un regard nouveau sur l’œuvre picturale. Ils ne complètent pas le tableau, ils en catalysent une sorte de sublimation. Ils l'interprètent à l'infini, chaque photogramme étant lui même un tableau, instant figé, qui renvoie à l'original en l'ayant fait évoluer d'un comma. Extraordinaire évolution dont la lenteur d'exécution scénaristique appuie l'intensité.

Au sortir de la salle, mon oreille indiscrète a entendu le commentaire de deux spectatrices qui avaient trouvé la chose parfois un peu lente. Non... précisément, il ne faut pas vouloir voir une histoire inscrite dans un rythme "normal", il faut se laisser porter ; porter par l'oeil, par l'oreille, par le plaisir du naturalisme initial des peintures d'Hopper, par la lenteur et l'état de quasi pesanteur qu'inspirent ses tableaux. Regardez-les à nouveau, il y a de l'attente, de la nostalgie, de la pensée, du temps cristallisé dans l'action figée.

Stéphanie Cumming,  Shirley dans le film, contribue excellament à la chimie d'ensemble. Son jeu, ses déplacements, son attitude changeante toujours dans la modération, sans jamais aucun heurt renforcent la sensation que j'ai éprouvé devant les tableaux d'Hopper, sensation d'un temps qui s'écoule, épais, comme un magma, tout en véhiculant la violence des événements sociétaux de l'époque. A l'instar des tableaux, l'actrice capte et captive. Pour mieux comprendre le pourquoi de ce que je considère comme une très belle réussite cinématographique, contre les détracteurs comme Télérama qui estime que la cérébralité du film assèche la vision des peintures d'Hopper, il faut préciser que Stéphanie Cumming est danseuse et chorégraphe. La gestuelle du film est donc emprunte de cet autre art du mouvement et de l'expression.

Je suis sorti de cette séance sans l'impression d'avoir souscrit à quelque exercice cérébral. J'ai pris plaisir, j'ai joui de ces beaux instants. J'étais ému, dans un état extatique, avec à l'esprit ces images, ces sons, ces lents mouvements, ces lumières... qui m'ont donné une folle envie de retourner aux tableaux et de prendre le temps de les regarder... le temps d'un film.

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 13:02

Ouuuuuuh 10 visiteurs/jour sur https://my.over-blog.com de début septembre à ce jour...

Petite érection !

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 22:09

Dans les répliques cultes du cinéma, je dois dire qu'il y en a une qui me régale particulièrement, c'est celle d'Erin Brockovich à la fin du film.

" 634 pipes en 5 jours... je suis épuisée"

Ce n'est pas la trivialité de la chose qui me réjouit mais bien le contraste entre la prosodie décontractée de l'actrice Julia Roberts et le côté balai dans le cul de Veanne Cox qui incarne l'avocate coincée Theresa Dallavale.

Le jeu de ces actrices fait passer de la grossièreté à la truculence... merci Mesdames.

Partager cet article
Repost0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 22:15

ART

Je l'avais vue il y a fort longtemps. Au hasard des clics sur le net, j'ai eu le plaisir de retomber sur cette pièce de Yasmina Reza, mise en ligne sur Youtube. Ce soir, je me suis installé, je l'ai regardée à nouveau et éprouvé le même indicible plaisir qu'à la première fois. Le trio d'acteurs sublime un texte absolument excellent. Je vous offre ce lien. Précipitez-vous.

Partager cet article
Repost0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 12:43

Excellente et prompte réaction de cette asso contre l'inculture d'un maire dont la décision est stupide. Je vous donne ici les coordonnées afin que vous alliez signer la pétition :

http://www.hayangeplusbellemaville.com/

 

Hier, le bleu, aujourd'hui le bleu blanc rouge... demain... le brun ??? Il est urgent de réagir.

 

BRAVE HAUT

Regardez bien à l'arrière plan, elles sont là, les couleurs de la sidérurgie lorraine... !

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 13:37

Parfois, les images sont tellement belles qu'elles n'ont besoin d'aucun commentaire, la preuve

OHHHHH
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 15:11

Connaissez-vous Art, pièce écrite en 1994 par Yasmina Reza ? Non ? Alors, prenez 90 minutes de votre temps et précipitez-vous sur le lien suivant, c'est un régal

http://www.youtube.com/watch?v=BCIyBbD0QwA

Bon théatre !

Partager cet article
Repost0