Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 11:17

Dernier gag d'Albert Uderzo : mourir avant d'être tué par le COVID19.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 09:35

Si le PQ eut été utilisé dans sa vocation première, on aurait eu droit à un autre sourire

"Fallait v'nir plus tôt... "

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 09:32

Aujourd'hui j'ai mis mes chaussures pour aller me balader jusqu'au bout de mon appartement. Bah j'ai pas vu la même chose qu'hier...

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 19:48

Hécatombe chez sportifs qui préparent les JO à domicile :

un perchiste se fracasse sur son plafond

un pongiste meurt d'épuisement parce que le mur lui renvoie systématiquement la balle

un plongeur se tue en faisant un saut de l'ange dans vers lavabo depuis l'armoire à toilette

un footballeur se suicide car il ne sait à qui passer la balle

un kayakiste est assassiné par ses voisins mécontents du dégât des eaux qu'il a provoqué en inondant l'immeuble

...

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 14:12

Ce matin, j'ai été obligé de passer au coude gauche car le droit était plein de mes éternuements et je ne savais pas vraiment où vider tout ça.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 13:38

Ce matin, Glinglin tentait désespérément de maintenir la continuité pédagogique

"Vois-tu, mon bon Helmut, c'est ainsi, avec une simple barrière anti Coco, qu'il faut vivre la confination... euh, pardon, la confinatude... enfin, non, la confinitude... en un mot, l'isolation ! "

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 12:46

Tels les chevaliers, fourbissons nos armes et boutons le virus hors de nos corps

"Prends garde à toi, Coco maraud !"

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 10:48

Ceci n'est pas une fake nouille.

Si vous voulez suivre les infos gouvernementales au jour le jour sur Coco le virus, cliquez .

Il y a des choses que l'on sait déjà, mais aussi plein d'autres infos, actualisées au jour le jour, par exemple celle-ci :

" Depuis le début du confinement, 1 738 907 contrôles ont été effectués par les forces de l’ordre. 91 824 infractions ont été constatées. " soit plus de 5% de la population...

Comme aurait dit Monsieur Cyclopède : "Etonnant non ?"

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 09:32

Fraichissime, simplissime, bonissime.

Une belle poignée de mâche bien lavée, sinon ça croque crying

Une petite poignée de graines de courge

Un petite boite de maïs

De l'huile de pépin de raisin

Du vinaigre de cidre

Une belle échalote finement ciselée

Un tour ou deux de poivre blanc

Du sel sel marin

Mélangez le tout dans un saladier... Mangez !

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 09:29

En cette période stressante, les réseaux sociaux ont tendance à muter en réseaux soucieux, faites gaffe.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 09:26

Supermarché, rayon des nouilles : vide...

Réseaux sociaux, rayon des fake nouilles : plein !

Spéciale dédicace à Mo

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 09:20

Le Covid19 n'est pas sensible à la congélation mais ne résiste pas à la chaleur. Du coup, ce matin, j'ai fait bouillir mon café et je l'ai bu de suite. J'ai niqué le virus... et toute ma bouche en même temps.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 17:37

Nooooooooooooooooooon, pas en c'moment !!!

"Allez quoi... juste un doigt !"

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 16:54

Métempsychose, la réincarnation de Jean-Paul Sartre se questionne

"Suis-je éligible au Covid19 ? "

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 15:17

Durcissement des sanctions dans le cadre du passage à l'état d'urgence sanitaire.

Mais...

Attendre une potentielle quatrième récidive intervenue sous un mois alors qu'il est urgent que chacun reste confiné ???

Gaver les prisons déjà surpeuplées à cette quatrième récidive ?

Mettre à l'amende des gens dont la plupart ne sont pas solvables ?

Le tout sans avoir évoqué des TIG qui pourraient, s'ils ne convainquent pas tous les condamnés, au moins aider les gens qui ont quelque chose entre les oreilles et se dépensent bravement, sans compter pour sauver leurs prochains, ou simplement leur permettre de vivre en attendant des jours meilleurs.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 14:03

Le postillon est devenu une arme de destruction massive. On n'arrête pas le progrès... ni le virus d'ailleurs.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 13:52

Dans le Sud Ouest, qu'il soit d'oie ou de canard, jamais le confit ne ment.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 09:12

Ce matin, jour de marché. J'avais envie de sortir. Pas de besoin particulier puisque j'avais fait mes courses de première nécessité deux jours auparavant. En ces temps de confinement, envie de sortir, simplement. J'ai donc bu mon café, me suis préparé. Après avoir enfilé ma veste, je suis allé chercher mon appareil photo. La sortie me permettrait peut-être de glaner quelques clichés.

J'ai démarré la voiture pour me rendre au marché car celui est assez éloigné de ma résidence. Arrivé sur les lieux, le parking étant bondé, j'ai cherché un bon moment une place de stationnement. Il est vrai qu'en milieu de matinée, l'activité bat son plein chez les ambulants et que les allées sont saturées de monde.

J'ai fini par trouver une place ; après avoir coupé le contact, je suis sorti, l'appareil en bandoulière, pour parcourir la distance non négligeable qui me séparait de mon but. J'ai croisé d'abord une vieille dame dont le cabas débordait de victuailles, puis un couple qui, bras dessus bras dessous, flânait, un bouquet de fleurs à la main. Ce devait une fraiche rencontre car les jeunes gens s'arrêtaient régulièrement pour s'étreindre et s'embrasser.

Au bout d'une dizaine de minutes, je suis arrivé au bord de la place qui accueille régulièrement le marché. Il y avait foule. Les familles se pressaient aux étalages, les petits enfants accrochés en grappe aux jupons de leur mère, les plus grands tournoyant autour, en un ballet turbulent. J'avais la sensation de voir une fourmilière en mouvement, aux déplacements de chaque habitante paradoxalement très ordonnés et très aléatoires.

N'ayant rien à acheter, j'ai parcouru les différentes travées, dans la quête de l'image intéressante. L'inspiration n'était pas au rendez-vous, les situations trop convenues et déjà mille fois photographiées. Les ménagères continuaient à acheter, les camelots à haranguer, les badauds à s'agglutiner. 

L'insouciance flottait au dessus de tous. Les mesures sanitaires étaient bien loin. Pas de quoi s'inquiéter, tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les uns et les autres marchaient en files serrées, dans un sens et dans l'autre, comme les voitures sur les routes au moment des grandes transhumances estivales. Derrière les étals, les marchands, parfois nombreux, tendaient les produits aux acheteurs, leur rendaient la monnaie, mains nues, car la température était douce.

Parfois, les membres d'une même fratrie se retrouvaient, les amis se rencontraient, s'arrêtant pour une embrassade, une poignée de mains. Forcément, puisque le soleil brillait, s'ensuivaient l'échange de quelques mots, le début d'une longue conversation. Et bien sur, par civilité, une fois le temps de reprendre sa route, les poignées de mains et embrassades étaient à nouveau de rigueur

Cela ne me gênait pas, la mine des uns et des autres, leur teint frais, leurs sourires inspiraient la confiance. Je poursuivais ma déambulation, avec toujours à l'esprit de saisir un instant de vie. J'étais bien plus préoccupé par cela que par les annonces angoissantes entendues à la radio la veille. Je marchais donc tranquillement, les yeux aux aguets, l'esprit vigilant pour trouver LA situation photographique.

C'est en arrivant à l'une des extrémités du marché que je l'ai entendu. Un air d'orgue de Barbarie mêlé au chant du musicien. Étant trop loin pour comprendre les paroles, j'ai pris la direction de la source musicale. Les mots devenaient plus audibles, plus clairs, plus compréhensibles, à mesure que j'avançais. Je ne pouvais pas encore voir celui qui chantait d'une belle voix de ténor, mais maintenant, je percevais clairement les chansons d'un autre temps, celui des guinguettes.

Au détour d'un étalage, il était là, surprenant, tournant la manivelle de l'orgue qui faisaient défiler les cartes percées tout en égrenant les notes. Oui surprenant, car la musique entendue en aveugle avait fabriqué, dans mon esprit, l'image d'un homme, galurin sur la tête, foulard autour du cou surplombant une chemise blanche complétée d'un paleteau de singe noir, pantalon de velours côtelé et gros godillots aux pieds. J'avoue avoir ouvert de grands yeux quand j'ai découvert ce musicien, dont la tenue était en contradiction totale avec la musique qu'il jouait ; il avait revêtu un complet-veston ! Contraste absolu. Je tenais mon image, insolite au possible, qui ferait date dans ma collection.

Je m'avançai, stoppai à un mètre de l'orgue de Barbarie sur lequel était posée une tasse d'expresso à moitié vide mais encore fumante. J'adressai un sourire à l'homme, qui me le rendit sans abandonner la chanson qui interprétait. Je suis resté là un bon moment, à écouter, à regarder. Puis je me suis décidé. Après avoir glissé une pièce dans la petite boîte prévue à cet effet, j'ai attendu la fin du morceau pour solliciter cette étrange personne afin d'immortaliser l'instant, la scène.

Par politesse, n'étant pas un voleur d'image, j'ai demandé au musicien si il acceptait d'être photographié. Il me sourit derechef, s'approcha de moi et lança un "Pas de problème" vigoureux et mouillé des traces de café qu'il portait encore sur la lèvre. Je vis nettement le postillon partir. Comme au ralenti, je pus en suivre la trajectoire. Le projectile humide atterrit pile sur ma joue, à la commissure des lèvres.

A ce moment précis, dans un brutal tressaillement, j'ai ouvert les yeux, assis à mon bureau, devant la fenêtre fermée sur le monde du confinement. C'est fou ce que l'imagination permet...

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 09:05

Attention, un mot est un mot.

Si tu confonds isolement et isolation, tu vas acheter de la laine de verre au lieu des coquillettes et du PQ. Et dans la seconde occurrence, ça va te faire drôle au moment d'aller aux toilettes.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 08:58

Dans le cadre de la continuité pédagogique, priorité aux fondamentaux. Cependant, pour égayer un peu l'isolement et la promiscuité imposée, l'apprentissage d'un petit chant n'est pas superflue.

Alors, réunissez au complet la chorale scolaire de vos un, deux... enfants et répétez après moi, sur l'air des roses blanches :

C'est aujourd'hui dimanche, un jour de confin’ment
Voici des coquillettes, toi qui les aime tant
Va quand je serai grand, j'achèterai au marchand
Toutes pâtes du stock, pour tenir plus longtemps...
Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 18:52

L'égoïsme, c'est terrible

"Regardez moi ces cons là, ils ne pensent qu'aux nouilles et au PQ... "

"Et les croquettes bordel ! Vous y pensez aux croquettes... "

Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 18:49

En ces temps glauques, j'ai croisé un plâtrier terriblement angoissé, il disait avoir très peur de l'apprêt...

Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 18:23

Bientôt l'heure de l'apéro puis des applaudissements de remerciements aux soignants et bien sur à toutes celles et ceux qui œuvrent pour que la vie continue, alors je vous propose cette superbe vidéo en noir et blanc pour trinquer avec un whisky de circonstance et garder le moral

Et cette variante très cool aussi

Mais pour autant, il ne faut pas passer à côté de cela, carrément dans l'actu, qui montre qu'il faut aussi  remercier tous les artistes qui nous aident aussi à vivre, en essayant de ne pas recracher son whisky pour cause d'éclat de rire.

Merci Ladom pour cette dernière référence

Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 14:35

Aïe aïe aïe

"Oh René, tu pues le gel hydro-alcoolique, t'aurais pas chopé cette saloperie véhiculée par les humains ??? "

"Bah euuuh... "

Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 14:15

Beaucoup d'entre vous l'ont peut-être déjà vu via face de bouc mais, pour celles et ceux qui ne facebookent pas, je mets le lien tout de même sur Plaisir de mots biscotte la chose est drôle, très drôle.

https://www.telesambre.be/coronavirus-une-parodie-de-claude-francois-reste-la-maison

Et pour celles et ceux qui ont la flemme de cliquer, je vous mets la vidéo ci dessous

Merci à Ladom pour l'idée

Partager cet article
Repost0