Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 16:02

Monsieur Seguin savait parfois se montrer drôlatique

"Allez Blanchette, fais pas la gueule... "

"Mèèèèèèèèhhhhhh euh !"

Partager cet article
Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 12:17

Bon... le chanteur Christophe est parti hier, et depuis... les médias nous passent à l'envi Les mots bleus.

Le chanteur n'est pour rien à ce gavage médiatique, mais je n'en peux plus des mots bleus, ça me pompe, ça me gave, ça finit par me foutre la gerbe.

Alors que le même jour, Lee Konitz a aussi décidé d'aller aussi faire de la siq' ailleurs. Mais il est américain, et les médias français sont franchouillards alors que...

Du coup, je vous invite à vous servir un verre, blanc sec, blanc moelleux, martini gin, whisky... et à vous asseoir devant l'ordi, à fermer les yeux, à écouter ce superbe saxophoniste, en sirotant votre boisson à petites lampées.

Merci Monsieur Konitz, merci Monsieur Evans, merci messieurs les musiciens, pour ce morceau qui m'aide bien plus que des mots, si bleus soient ils, à tenir en période de confinement.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 08:54

Tout arrive...

Plaisir de mots relaye ici l'appel à l'aide d'un deux jeunes artisans brasseurs des Vosges

 

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

 

Depuis le 16 mars 2020 et pour une période qui ira bien au-delà du 11 mai, nous sommes confrontés à :

 

- l’interdiction des manifestations festives (concerts, salons, festivals) ;

- la fermeture administrative des cafés et restaurants ;

- l’interdiction de vendre sur les marchés ;

- la fermeture de nombreux clients cavistes et des boutiques de terroir.

 

Afin de nous soutenir, L'Opercule vous propose :

 

- son drive : Commandez et payez en ligne avant le jeudi 22h. Venez avec avec votre numéro de commande et retirez la à la brasserie le vendredi de 16h à 18h. Nous placerons votre carton sur une table et vous le retirez.

 

- sa livraison à domicile GRATUITE sur le secteur de la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges : Commandez et payez en ligne avant le jeudi 22h. Livraison le vendredi après-midi. Achat minimum 28€ (carton). Lors de la livraison, nous déposons vos bières devant votre porte et nous vous appelons par téléphone pour vous le signaler. Pour les autres secteurs géographiques : nous contacter.

 

Nous préparerons la commande avec toutes les précautions possibles le vendredi matin.

 

Payez en ligne afin d'éviter tout échange de monnaie. Ainsi nous limitons les contacts et respectons les consignes de sécurité.

 

--> https://lopercule-drive.eproshopping.fr/

 

MERCI !

 

Damien & Maxime

 

L'Opercule

12 Avenue de Salm

88210 Senones

06 82 87 55 31

 

Si la chose vous tente, si vous êtes assez près, loin des discours aussi hésitants que pompeux, entrez dans le bon sens de la France d'en bas en agissant. N'hésitez pas non plus à relayer ce message, vis vos messageries, vis vos réseaux sociaux. Merci pour ces jeunes, merci pour L'Opercule, brasserie bio.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 13:59
Aujourd'hui, je vous invite à bien regarder la forme de ce post. Ne ressemble-t-il pas à une bouteille à la mer, porteuse d'un message ? En effet, je vous écris depuis mon île déserte où je suis arrivé il y a précisément 35 jours. Souvenez vous, ce vendredi soir, nous savions que le lundi serait étrange, sans les élèves. On s’était quand même dit “A lundi” Et puis...
 
Je n’imaginais pas, en rentrant ce soir là, que j’avais pris un bateau sans retour sur l’océan de l’angoisse. Quand j’ai pu accoster, j’étais un peu perturbé par ce qui advenait mais n’ayant pas encore pris conscience de la force du tsunami, je me disais que je reprendrai la mer le lundi pour aller apprendre, même à distance, à nager à mes élèves en difficulté, dans les embruns de la cognition chaotique.
 
Puis il y eût cette annonce, entendue sur un petit poste à transistors : “tu es trop gros, tu n’as pas fait de sport depuis longtemps, tes poumons ne sont plus adaptés au travail de la SNSM... reste chez toi !?!” J’avoue que ça m’a fait un choc, mais bon... Quelques jours avant l’heure, j’étais condamné à vivre seul. Et pour combien de temps ???
 
Alors il a bien fallu que je m’organise.
 
Par chance, après un bref tour d’horizon, j’ai su que j’avais encore de quoi vivre quelques jours. Oui, quelques jours, car j’avais toujours en tête cet adage, mis à mal depuis : “Après la pluie... le beau temps” C’était d’autant plus compliqué à intégrer que le beau temps était effectivement là, dehors... !?! J’avais donc assez de vivres pour tenir, assez de ces choses qui permettent de ne pas avoir tout de suite envie d’en finir. La réserve de coquillettes était intacte, les tonneaux de rhum étaient pleins.
 
J’ai connu la première déconvenue au moment fatidique où il faut utiliser le PQ. Il avait été mouillé par les flots du dernier voyage. Ce fût une catastrophe. Puis j’ai vu mes réserves alimentaires diminuer à mesure du temps. J’allais être dans l’obligation d’être le plus inventif possible.
 
Je pris quelques jours pour faire le tour de mon île de 80 m² à la recherche de subsides, d’eau potable... Dès la première expédition, la chance m’a souri, j’ai trouvé une source, dans la cuisine. Le plus extraordinaire de la découverte fut que cette source pouvait, en fonction de ma volonté, couler froid... ou chaud. On ne connait jamais assez la puissance de nos pouvoirs psychiques.
 
J’avais donc de l’eau et ne risquais plus de mourir de soif. D’autant moins que le jour suivant, je pus constater que mon île abritait deux autres points d’eau. L'un m'offrait une onde claire et courante, dotée des même propriétés que celles découvertes la veille, l'autre était plus petit, avec une eau stagnante, mais renouvelable à souhait.
 
Je possédais encore assez de vivres pour continuer mes recherches, mais elles diminuaient jour après jour. Il me fallait faire vite. Le jour trois, je partis en direction du nord. Je n’avais pas de boussole mais l’orientation du soleil et son trajet m’avait édifié. Après quelques heures de marche, j’ai eu le plaisir d’arriver, entre salle à manger et salon, au milieu de la luxuriance. Bégonias, pieds d’avocat, ficus nains, anthurium, chlorophytum... foisonnaient. Bonheur du jour vite retombé, car parmi tout cela, pas un brin de persil, aucune carotte, et pas plus que de poireau que de patate douce...
 
J’ai tenté, avec un peu d’appréhension, de mâcher une feuille de zygocactus. Déçu par la saveur, je fus bien marri quelques temps après, quand mes intestins me signalèrent que la plante avait des effets purgatifs très puissants. Heureusement pour moi, je me trouvais à ce moment là près des avocats à larges feuilles. Le salut tient parfois à peu de choses.
 
Lors de cette traversée végétale, je constatais avec un certain étonnement que si la flore était bien présente, aucune faune, à l’exception des moucherons, n’avait colonisé le lieu. Pas de singe, pas de tigre non plus, ce qui m'arrangeait ; pas de chauves souris et encore moins de pangolin, cet animal qui, sous des dehors inoffensifs, est d'une fourberie sans nom. Je n’aurais donc pas de protéines à me mettre sous la dent. Il fallait que je réfléchisse derechef.
 
Au bout du quatrième jour, commençais à être tenaillé par la faim. Et le début de la faim, c’est éprouvant à vivre. C’est lors d’une n ième traversée vers le salon, machette et sagaie à la main, que je suis tombé sur la ressource tant convoitée... du poisson ! J’avais trouvé du poisson. N'ayant pas prévu cet inespérée trouvaille, je n'avais pas anticipé les outils nécessaires à la capture.
 
Je dus retourner jusqu'à l'armoire à linge dans ma chambre, à trois jours de marche, afin de confectionner un filet de pêche. Quelques ficelles de string, habillement tressées une journée durant, me permirent d'espérer en un festin royal. Je repris donc la direction du salon, en serrant les dents, car marcher sans manger à nouveau durant trois journées est un véritable enfer.
 
Au moment où je mettais les pieds au bord de l'endroit prometteur, je dû me résoudre à une cruelle déception. Je constatai avec tristesse et amertume, qu'entre le temps où je l'avais vu au départ et l'instant présent, mon poisson rouge était bel et bien mort de faim. La privation de daphnies pendant une trop longue période avait eu raison de lui. De rage, je jetai le filet loin de moi, plongeai dans le bocal, dévorai la plante verte qui trônait au fond et léchai les algues collées contre la paroi.
 
La colère passée, je m'assis au bord de l'aquarium pour réfléchir. Il me fallait quitter l'île déserte. Je n'avais plus que cette alternative pour continuer à vivre. La seule solution résidait en la fabrication d'un frêle esquif qui me porterait vers un ailleurs plus accueillant. Je me mis donc en demeure de chercher les matériaux ad hoc pour ce faire. Ne disposant que de mes dents comme outils, j'utilisai celles-ci pour arracher, une à une, les lames du parquet. Je détricotait le filet afin d'utiliser les ficelles de string pour lier les morceaux de bois.
 
Une fois l'embarcation maladroite achevée, je réalisai que j'avais omis de penser à la rame qui ferai avancer l'ensemble. J'avais tellement serré les liens qu'il m'était impossible de les défaire. Je me résolus à partir à la recherche de l'objet qui permettrait à mon radeau de se mouvoir. Je finis par le trouver, au milieu des louches, fouets, écumoires et autres ustensiles. Là, discrète, la spatule plate m'attendait, j'étais sauvé.
 
Cependant, afin de ne pas périr noyé à quelques miles du rivage, il fallait que j'éprouve l'insubmersibilité de mon embarcation. Regroupant toutes mes forces, je la trainai, une semaine durant, vers la salle de bain. Je passai encore un ou deux jours à la couper en deux pour qu'elle puisse franchir la porte et autant pour la reconstituer. J'arrivais au bout de ma peine quand je réalisai que j'avais complétement oublié que dans ma salle de bain, quelques années auparavant, j'avais remplacé ma baignoire par une douche... l'impact psychique fut fatal.
 
Au bout de trente deux jours, c'est en repartant vers ma couche, soucieux, affaibli, démoralisé, n'ayant que l'envie de me laisser partir, allongé seul, vers un monde meilleur, que je l'ai vu, au loin. Il se tenait là, devant moi mais à distance, sculptural, noir d'ébène, cheveux crépus magnifiques. Il ne portait qu'un pagne qui lui tombait jusqu'aux genoux, cachant mal une masculinité hors norme. Me levant avec peine, je m'approchai un peu, avec précaution, afin de ne pas l'effrayer. Il ne bougea pas.
 
Je reconnais que dans un premier, je pensai à le manger, puis, mon éducation chrétienne me revint à l'esprit : aimer son prochain, certes, mais pas en ragout. Alors je me mis à lui parler doucement, calmement, en souriant. J'étais heureux, enfin, ma solitude touchait à sa fin. Enfin, nous allions pouvoir échanger, discuter, et peut-être même plus, si affinité. Nous allions pouvoir réfléchir à une organisation sociale pour un monde nouveau. Pour la première fois depuis longtemps, je retrouvais espoir.
 
Au quotidien, j'allais le voir. Il n'avait pas bougé de place depuis le premier jour. "Patience mon garçon" pensais-je régulièrement "viendra le jour où il acceptera de venir vers toi". Jour après jour... j'étais là, face à lui. Il était là, face à moi, statuaire, dans la constance de son attitude initiale. Toujours mutique. Il ne comprenait certainement pas ma langue. "Il faudrait que je la lui enseigne" pensais-je "après tout, c'est mon métier"
 
Dans un premier temps, le patronyme étant ce qui fonde le lien, je cherchai comment le prénommer, car il n'avait toujours pas ouvert la bouche pour me donner la moindre indication sur son petit nom. Regardant le calendrier, pointant le jour de notre rencontre, je lus dimanche. Je ne sais pourquoi, cela ne me convint pas. Jour du Seigneur peut-être, jour chômé,... ça ne me plaisait pas. Je reculai au hasard et tombai sur vendredi... Impossible à dire mais je n'en avais pas envie non plus, impression de réchauffé peut-être. Je parcourus du doigt la longue liste des prénoms pour enfin trouver celui qui me seyait et qui lui conviendrait certainement : Toussaint ! Non pas dans son acception religieuse, mais bien par rapport à l'esclavagisme que je n'envisageait pas, j'avais trouvé l'ouverture.
 
Les jours passèrent, notre relation quotidienne n'évolua pas d'un iota. Je sentais la lassitude me gagner. Était-il sourd ? Paralysé ? Il fallait que j'en aie le cœur net. Un matin, je pris mon courage à deux mais et la sagaie de l'autre, par précaution. J'avançai vers lui lentement, très lentement, à pas feutrés. Il ne bougeait toujours pas, semblant absent à ma présence. Arrivé à quelques décimètres de lui, je réalisai avec effroi l'erreur due à ma myopie. J'avais en face de moi la statuette malgache, offerte quelques années auparavant par un ami, posée sur l'étagère de mon salon...
 
Depuis... en n'attendant l'après... j'écris n'importe quoi.
Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 08:23

Le nombre de morts Coco-dix-neufés chinois revu largement à la hausse.

1300 de plus qu'initialement annoncé.

Les bouliers ne sont plus ce qu'ils étaient.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 08:12

Sur cette plage, il ne criera plus "Aline", pour qu'elle revienne..

Christophe s'est tu.

Le paradoxe de la chose c'est que maintenant, elle fera comme elle l'entend...

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 17:57

Juste une image qui, après 3 semaines sans faire de courses, a signifié simplement le bonheur

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 14:23

Américaines, Américains, j'en appelle à votre sens de l'honneur.

Le clientélisme de votre président est à gerber.

Vu ce que vient de faire Trump, quand vous recevrez, en retard, le chèque qu'il vous envoie, torchez vous avec. Vous ferez des économies de PQ.

Ceci dit, je suis bien d'accord avec vous, votre fondement n'a pas mérité d'être sali par le nom d'un tel gros con.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 13:02

On a trouvé la chanson pour la fin du confinement

" Où t'es Coco où t'es ? Où t'es où t'es Coco, où t'es ??? "

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 12:42

Regardez bien cette photo de la première guerre mondiale. Une tranchée allemande creusée à quelques petits mètres de la rivière.

Cela me rappelle ces jours d'enfants, où, arpentant les travaux naissants de la construction de la piscine de Lunéville, j'aimais faire se rejoindre deux ornières, dont celle du dessus déversait son eau de pluie dans celle du dessous.

J'aurais été soldat teuton à l'époque de la grande guerre, je crois que j'aurais fait la même chose, à plus grande échelle. Au risque de mécontenter sérieusement mes compagnons de misère, enfin, juste ceux qui auraient su nager...

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 12:26

Bon... je croise deux conjectures

1) Si Dieu n'existe pas... J'en ai été informé suite au post Là SUR ANSE par un surfeur sérieusement édifié (Merci Lerouge)

2) Si le taux des émissions de CO2 dans l'air a chuté de 4 à 5% par rapport à l'année dernière à la même époque. Cela à cause de l'arrêt des industries provoqué par la pandémie de Coco19.

alors je conclus que le pangolin alpha n'est autre que Greta Thunberg qui a fomenté le complot pour lutter contre le réchauffement climatique. C'est futé !

Ça se tient non ?

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 12:07

Manu Di Bango (81 ans), Ellis Marsalis (85 ans), jazzmen, et aujourd'hui Luis Sepulveda (70 ans) écrivain, sont partis, emportés par le Coronavirus. Certes, ils étaient âgés et risquaient plus que la moyenne... mais quand même.

Donald Trump (74 ans) chef d'état réac, Jair Bolsonaro (65 ans) chef d'état réac , Vladimir Poutine (68 ans) chef d'état réac sont toujours là.

Décidément, Coco19 manque réellement de discernement.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 13:12

Le maître du monde, inventeur du COVID19, est bien maladroit

"Merde, j'ai paumé le virus... "

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 12:56

Il y a un an, jour pour jour, un incendie détruisait en grande partie Notre Dame de Paris sans faire de morts.

Depuis, des tas de gens sont morts noyés, torturés, tués dans les guerres

Des femmes sont tombées sous les coups de leur conjoint, des enfants ont été battus...

Aujourd'hui, Coco19 prend des vies et des vies et des vies.

Il est où l'Bon Dieu, il est oùùùùù, il est où ?... (sur l'air de C. Maé)

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 12:45

La situation actuelle peut générer des moments pénibles

"Mais lâchez moi, j'allais juste acheter du PQ et ça m'a pris en cours de route. J'ai pas pu attendre, c'est pour ça que j'ai utilisé mon attestation de déplacement dérogatoire... "

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 12:34

Chers parents, plus que 26 jours à attendre et tenir pour que ce soit aux enseignants de vos chères têtes blondes de prendre le relais

" Putain, Kévin, 1 + 1 ça fait 2, pas 7... ça fait un mois qu'on est la dessus... fait chier... vivement le 11 mai tiens... "

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 11:01

Selon une grande partie des religions, Dieu serait le créateur, de tout...

Il aurait, selon les on dit, le premier jour, créé la lumière, le deuxième, divisé (sans reste) les eaux du ciel et celles de la terre, le troisième, regroupé les eaux, fait apparaitre la terre et les plantes, en un mot, la vie.

Le quatrième, il aurait mis un peu d'ordre dans le bordel ambiant de l'espace : Terre, Soleil, Lune...et tout le broll ; le cinquième, il se serait attaché à bricoler les animaux, dont le pangolin. Tout laisse à penser qu'après le boulot, il aurait mal balayé son atelier, laissant trainer des merdouilles dangereuses comme le Coco19.

Le sixième jour, fatigué, il aurait créé l'homme, en le dotant de l'intelligence mais aussi du sens de la connerie, et le septième, selon les mauvaises langues, il serait allé à la messe avant de retrouver ses potes chez René, pour l'apéro dominical.

Alors, Monsieur Dieu, si c'est vous qui êtes à l'origine de tout, c'est vous aussi, et non un pangolin, qui avez foutu le dawa sur terre. Ne pas le reconnaitre et faire accuser un pangolin, qui sait à peine lire le chinois et ne bouffe même pas de chauves-souris, laissez moi vous dire que c'est petit, vraiment très petit ! Sur ce coup là, franchement, vous n'avez pas assuré. Je ne suis pas fier de vous.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 08:31

Avant de virer le blocus,ce serait bien de bloquer le virus... mais pour bloquer le virus, en étant immunisé, on nous dit qu'il faut virer le blocus... ou l'inverse... je ne sais plus...

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 16:12

Chers parents, le Président a annoncé hier soir que la reprise de l'école se ferait dès le 11 mai.

Nous voulons juste vous préciser que l'heure d'entrée restera inchangée, les enfants seront accueillis dès 08:20. Il est donc inutile de venir devant l'école le 11 mai à 00:01. Prévenez les enfants, ce seront bien les enseignants qui les accueilleront et non une brigade NBC.

Il est sur que les cagoules qui masquent les yeux, la bouche, le nez et cachent les cheveux, les gants au mains,  les combinaisons sur le corps et les bottes aux pieds peuvent prêter à confusion. Dites aux plus petits qu'une mesure dérogatoire a permis de prolonger exceptionnellement carnaval, ils seront contents.

Nous profitons de ce petit moment d'information pour vous inciter à ne pas repartir de suite à 08:21 car la température de chaque enfant sera prise avant l'entrée dans l'école. Si celle-ci excède 37.1 votre enfant vous sera relancé immédiatement sans ménagement vous aurez précisément 3 secondes pour faire demi-tour. A la 4ème seconde, si vous n'avez pas bougé, la police municipale tirera sans sommation.

Les enfants qui n'ont pas une température excédant 37.1 seront acceptés avec le sourire, soyez en assurés, même si cela ne se voit pas bien à cause des masques. Il est prévu d'accueillir chacun et chacune avec bienveillance. Un petit mot de bienvenue est actuellement à l'étude. L'équipe pédagogique hésite actuellement entre "Mmmhhmhmh" et "Mhhhhh, Mhmm !" Ce sera la surprise.

Pour reprendre tranquillement, en respectant les mesures psychologiques préconisées par le ministère, nous commencerons par débriefer tous les enfants en classe, selon une procédure très précise. A la question "Alors... ça va ?" chaque enfant sera tenu de répondre par "Oui" ou "Non" Le ministère faisant confiance en notre capacité à gérer les enfants en période de crise nous a laissé le choix, nous pouvons, ou non, compléter la question initiale par le prénom de l'enfant, si nous nous en souvenons.

Tous les enfants ayant répondu "Non" seront immédiatement dirigés vers l'équipe de une psychologue du rased, installée dans une tente sise au milieu de la cour de l'école, pour une prise en charge immédiate. Des forêts entières ont été décimées afin de produire les feuilles de papier qui accueilleront les dessins cathartiques des enfants.

Le règlement intérieur sera adapté à la situation. Si un enfant se comporte mal, il sera sanctionné par une mesure de confinement de deux mois, à la maison, en présence obligatoire des parents. Il faut savoir être pédagogiquement convainquant pour tous, grands comme petits. Le passage aux toilettes se fera comme de coutume, à chaque demande, mais sans accompagnement par un(e) camarade. A ce sujet, dans les fournitures scolaires pour la reprise, nous demandons à chaque famille de greffer un GPS à leur enfant. Cela permettra à ces derniers de retrouver facilement la classe après le passage aux toilettes et la géolocalisation si l'idée leur venait de faire l'école buissonnière.

Pour le goûter les nouilles chinoises sont absolument, formellement, strictement interdites, surtout accompagnées d'une sauce bolognaise au pangolin. En cette période, découvrir la cuisine des autres pays, oui, mais non ! En revanche, l'équipe pédagogique voit d'un bon œil que chaque enfant substitue un flacon de gel hydro-alcoolique à la bouteille d'eau pour se désaltérer, prophylaxie oblige. Qui plus est, cela les rendra plus calmes, moins stressés.

Compte tenu de la période en télétravail, aucune sanction ne sera prise si les enfants n'ont pu ou su faire les exercices demandés. En revanche, compte tenu du temps perdu et de la nécessité de rattraper au mieux les manques, nous vous demandons instamment, de façon exceptionnelle et temporaire, d'accepter que vos enfants reviennent de l'école avec quelques devoirs écrits. Comme de coutume, nous considérons qu'il en faut un peu pour entretenir les savoirs, et cela sans excès. Pas plus de 7 h de devoir à la maison après l'école, il ne s'agit pas d'assommer les enfants, sauf peut-être, au sens propre, s'ils refusent de se soumettre au travail.

Le voyage de fin d'année n'aura pas lieu, pour les raisons que nous connaissons tous. En revanche, une grande kermesse sera organisée à la mi juin pour fêter la fin de cette année si particulière. Elle durera deux semaines. cela pour permettre à chaque enfant de venir absolument seul durant une heure, dans la cour vide pour y faire le jeux de son choix : "je fabrique un masque en moins de 15 seconde", "Concours du plus gros postillon", "Le labyrinthe de Coco19"... Beaucoup de lots sont déjà prévus : sachets XXXL de masques FFP2, boites d'hydroxychloroquine, et en gros lot de la tombola, une attestation de déplacement dérogatoire gravée en lettre d'or sur une plaque de marbre de Carrare désinfectée.

Dans l'attente du 11 mai, toute l'équipe pédagogique vous souhaite une bonne fin de congés de printemps, loin des coups de soleil, des risques de noyade à la plage, et des chutes de ski.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 14:18

Confinement, la psychose gagne

"Mais enfin Aglaé, que faites-vous. Il n'est pas utile de compléter une attestation de déplacement dérogatoire pour vous rendre dans les lieux d'aisance... "

"Deux précautions valent mieux qu'une, mon cher Edmond, deux précautions valent mieux qu'une... "

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 14:09

Avec le confinement, difficile de rester au contact avec une perception cohérente du temps

"Léon, as-tu pensé à charger l'appli QR code pour les attestations de déplacement dérogatoire sur ton portable ?"

"Sophie... réfléchis un tantinet, le portable n'a pas encore été inventé"

"Mais ouiiiii, sotte que je suis"

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 14:01

Prout prout

"Ma chère Charlotte, je trouve que le lapin OGM que vous avez mis sur votre tête pour célébrer Pâques est de fort belle facture"

"Vous ne croyez pas si bien dire, mon cher Raymond, il m'a coûté une petite fortune... "

Partager cet article
Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 15:37

Spéciale dédicace à St Exupéry

" S'il vous plaît, dessine moi un pangolin "

" T'es con ou quoi... ??? "

Partager cet article
Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 12:34

Cette bande de gros cons m'a hors de moi.

Certes, ces crétins pathologiques ont été dénoncés, ce qui n'est pas brillant non plus.

Dans le cas de la messe de St Nicolas du Chardonnet, seul le cureton a pris un topique, nib pour les brebis lobotomisées suiveuses ; dans le second cas, l'autre célébrant imbécile n'a écopé que d'un rappel à la loi alors que les fidèles (à la connerie) se sont tous vu(e)s verbalisés.

Mais qu'est ce que c'est que ce bordel ?

J'ai entendu qu'une petite dame avait été verbalisée, 135 €, parce que, non équipée d'un GPS cérébral, elle avait parcouru 300 m de plus que le kilomètre autorisé. Elle était seule, près d'une forêt.

Pourquoi y a-t-il deux poids deux mesures ? Pourquoi tous les connards intégristes n'ont ils pas été verbalisés ? Pourquoi le crétin pathologique qui a célébré une messe dans un camping n'a-t-il pas pris un pain ?

Que ces abrutis congénitaux soient intégristes, j'en ai rien à foutre, ça ne s'attrape pas, quoi que... mais en période de confinement où la priorité est bien celle de se protéger ET DE PROTEGER SON PROCHAIN (si on doit l'aimer comme soi même), nom de Dieu, oui ! nom de Dieu !!!... ça vous parle, bande d'assassins potentiels ???

Quant à la loi... elle est la même pour tout le monde. Imaginez juste la même chose avec une célébration secrète (dénoncée) dans une mosquée... On prend les paris ???

Partager cet article
Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 09:55

On connait les écrits de Jean Paul Sartre dont un certain nombre est proposé au bac. Ce que l'on sait moins, c'est que l'écrivain s'est aussi intéressé à des sujets sociologiques, voire érotiques.

Sociologique, en produisant un opus sur le travail des compagnons de Blanche-Neige, au sortir de la mine :

Les nains sales

 

Érotique, dans une étude zoophile des équidés réputés pour leur capacité priapique

L'âne osé

Partager cet article
Repost0