Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 07:00

Il y avait bien longtemps que je n'étais pas venu à l'étang. Un accident de la vie m'avait privé depuis presque dix ans de ce plaisir champêtre. A la vue de l'eau, j'avoue qu'un certain bonheur m'envahit, mais je déchantai vite. Il y avait là quelque chose de bizarre. Je ne reconnaissais plus l'endroit. La forme en huit de la pièce d'eau, avec une boucle plus ronde que l'autre avait changé. Des petites dunes de terre cachaient le bord opposé, pourtant bien visible auparavant. La végétation elle aussi s'était transformée, moins d'arbres, plus d'herbes folles dans un désordre qui me surprit. Jacky entretenais toujours l'étang avec beaucoup de soin, et après qu'il ait quitté ce monde, nous, les enfants devenus adultes, avions eu à cœur de poursuivre cette tâche. Pour autant, dix ans s'étaient écoulé depuis ma dernière visite et la nature semblait revendiquer la reprise de ses droits ; mais pas que cela...

Qu'importe me dis-je. Sans même réaliser que j'avais quitté mes chaussures, je pénétrai dans l'eau. A cet instant, je pus retrouver la sensation de fraicheur recherchée aux temps ensoleillés, et parfois lourds d'un orage à venir. Je commençais à avancer. Lentement, doucement, profitant de la douceur du moment comme aux temps où nous venions taquiner le brochet, dans ce mouvement discret qui ne trouble pas le carnassier. Après  avoir parcouru quelques mètres, je réalisai que la hauteur d'eau était constante, à peine à mi-mollet, et ce dans toutes les directions que je pouvais emprunter. J'aurais dû me questionner, m'inquiéter. Mais non. Cela était ; immanence de la nature. Aucune raison de me soucier. Je poursuivis donc ma déambulation quasiment à la surface de la pièce d'eau. J'avançais vers l'endroit où se cachaient habituellement les poissons, dans ce que l'on nommait une basse, en lorrain, une profondeur plus conséquente de l'étang, refuge du poisson blanc, réserve de nourriture des prédateurs. 

C'est précisément à ce moment que je les vis, tous. Quasiment immobiles, placides pour certains, posés sur leur séant, le regard fixé sur moi. Chacun d'entre eux disposait sous lui d'un minuscule lopin de terre qui émergeait, petite propriété privée où poussaient quelques herbes. Tous, entourée par l'eau calme, vivants mais statufiés. Aucun ne me faisait face, cependant, tous avaient la tête tournée vers moi, créant un angle droit avec leur corps de profil. Cinq, six, dix chats, surgis de nulle part, me dévisageaient. Leur orientation différait mais tous guettaient mes mouvements. Si je n'avais pas perçu d'emblée la présence étrange de ces félins tranquilles, je ne m'en étonnai maintenant pas plus que de la faible profondeur de l'étang et continuai mon chemin aquatique.

L'homme arriva vers nous, car nous étions maintenant plusieurs. Je ne le reconnus pas, pas plus que je ne le connaissais. J'aurais grand peine à décrire sa tenue car ses mots bienveillants fixèrent mon attention. Il nous prévenait du danger de marcher nu pieds dans l'eau, avec le risque de nous blesser sur des tessons de verre qui polluaient l'étendue d'eau. Cela dû me troubler car je me souviens avoir été perdu à cette annonce et l'avoir sollicité pour qu'il m'indique comment continuer mon chemin. Il me renseigna avec gentillesse et bonhommie, précisant que j'avais encore de la route devant moi. Les chats avaient tous disparu. Surement retournés là d'où ils étaient sortis, avec la même discrétion silencieuse.

Je me trouvai à cet instant presque sur la rive de l'étang que barrait une digue. Celle-ci n'était pas très haute et se prolongeait loin, très loin, se fondait avec l'horizon. Pieds dans l'eau, je savais que la digue protégeait l'étang des eaux usées en ceignant la station d'épuration. A mon tour, gagné par l'immobilité, je me retrouvai seul à nouveau. L'homme s'était évaporé, ceux qui m'accompagnaient également. Ayant épuisé l'ensemble des ressources mentales et souvenirs accumulés en désordre au cours de ma vie, je m'éveillai, troublé par un rêve étrange, aux tonalités réelles teintées de fantastique, mélange d'histoire personnelle et de littérature à la Lewis Carroll.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 13:41

Ayant trop rapidement plongé un surin dans son cœur, Charlotte Corday avait empêché Marat de lui dire qu'il souffrait de terribles flatulences...

... elle venait de prendre la mesure de la chose et maintenant s'en mordait les doigts.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 13:27

Denys Crolotte et Florent Compain gardés à vue à Nancy après la Marche pour la climat d'hier.

Oui la manif n'était pas autorisée, oui elle a eu lieu malgré tout, oui ces organisateurs ont usé de la désobéissance civique, oui la manifestation s'est déroulée dans le calme, sans destruction, comme celle des gilets jaunes... Sans la désobéissance civique, combien de nos concitoyens auraient rejoint les camps de la mort lors de la seconde guerre mondiale. 

La démocratie n'est pas, pour moi, l'obéissance craintive... loin de là. Si ces gens là ont bravé les interdits, ce n'est pas pour foutre le bordel mais bien parce qu'ils sont inquiets pour l'avenir de notre monde, de notre espèce.

Alors, merde, plutôt que de vous en prendre, si facilement, à des gens non violents qui alertent leurs prochains sur l'avenir de notre planète, tout en réfléchissant au bien être social, allez donc vous occuper des crétins qui cassent et mettent à mal les cris d'un peuple qui souffre.

Politiques, hauts serviteurs de l'Etat, montrez nous que vous avez quelque chose entre les oreilles !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 12:37

Madame la sinistre du glaive et de la balance, je viens de vous entendre dire à la radio que vous aviez été choquée par le fait que des gilets jaunes à bout aient jeté au feu leur carte d'électeur !

Madame la sinistre du glaive et de la balance, pensez-vous réellement que ce soit cela le plus choquant ? Ne pensez-vous pas que la façon dont le suffrage universel ne permet plus de voter pour mais oblige systématiquement à voter contre soit plus choquante ?

Madame la sinistre du glaive et de la balance, vous êtes, me semble-t-il issue des rangs de la gauche, donc avec, a priori une pensée plus sociale que libérale ; ne pensez-vous pas qu'il est plus que grand temps de prendre en considération le vote blanc ? Vote qui, si il avait été pris en compte lors des dernières présidentielles, aurait peut-être rendu plus lisible le pourquoi d'un vote important pour notre actuel chef de L’État ???

Madame la sinistre du glaive et de la balance, votre aveuglement et votre art de manier la langue de bois me fatiguent. Je ne suis pas pour la violence, je trouve cela débile, comme nombre de mes concitoyens, dont une grande partie des gilets jaunes, le pensent également, mais vous et vos prédécesseurs ont engendré cela.

Il est temps que vous ouvriez les yeux... grand temps.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 10:55

La fille excessive du breton borgne nous a dit hier que notre Président s'était claquemuré... Quel beau terme !

Elle a raison, on ne l'a pas vu sortir de son palais élyséen.

Peut-être est-il pris par la tristesse ?!

Peut-être va-t-il, pour résister à la pression, décider d'un boire une, ou deux, ou trois... en restant enfermé.

Si c'est le cas, la fille excessive du breton borgne pourra dire que notre Président s'est claquemurgé !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 10:50

Lutte contre les GAFA... Tartarin de Tarascon à la chasse aux colis Amazon

"Si j'en ramène un, je mettrai la photo sur Face de Bouc"

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 10:41

La semaine dernière le sinistre des fumigènes et des arrosages publics nous a dit qu'il avait mobilisé 65 000 agents des forces de l'ordre en précisant que cela représentait la totalité.

Ce weekend, il en a annoncé 89 000. Si je ne suis pas complétement gâteux, il me semble bien que la différence entre le premier nombre et le second est de 24 000 !?!

Qu'en déduire ?

- Le sinistre est un magicien.

- Le sinistre est stupide.

- Le sinistre est menteur.

J'ajoute que je ne le pense pas sot et que je ne l'ai jamais vu sortir un lapin de son chapeau. La déduction en est donc très claire. Du coup, forcément, comment lui donner notre confiance... et il n'est pas le seul !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 09:39

Après l'ablation de son larynx, Albertine trouvait que le Docteur Métastasenberg y était allé un peu fort sur la trachéotomie

"Ceci dit, je respire nettement mieux"

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 09:30

Bientôt Noël, pensez à offrir un poney aquatique de poche

Spéciale dédicace à Blandine

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 09:05

Ce matin, Agathe et Adrienne peinaient durablement à exprimer leur point de vue sur la dématérialisation chaotique de la pensée virtuelle barbouillée

"Ejzhnczz, KJh65whoi ! "

"... ffrrttt, mais pas avant demain !"

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 18:55

Attention, les contrôles d'identité deviennent de plus en plus sévères

"Comment ça, j'aurai pas ta liberté de penser... "

"Chiotte !"

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 18:17

Quelle que soit sa coiffure, Arlette était toujours d'une tristesse infinie

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 18:13

Et vous aujourd'hui, est ce que vous avez gilé jaune ?

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 13:05

Éloïse et Paulette étaient souvent d'une humeur à géométrie variable

"sin( π - x  ) = sin ( x )..."

"Déconne pas !"

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 09:46

Les frères Geiger n'avaient pas leur pareil pour animer les veillées au coin du feu, ils étaient de fabuleux compteurs

"Bip, bip, bip... "

"J'allais le dire !"

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 09:39

Eh oui, après la période rose et la période bleue, Picasso a été tenté par la peinture au pistolet. On en apprend tous les jours

"J'ai déjà contacté mon modèle : le lapin Panpan"

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 08:53

L’ornithologie vue comme ça, c'est pour le moins étonnant. Sur que ça va faire monter...

... les adhésions à la LPO.

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 19:13

A quelque chose malheur est bon finalement. La montée de la colère d'un certain nombre de français et l'incurie du pouvoir d'en haut, de tout en haut, ont finalement permis de redonner aux maires de France et de Navarre un vrai rôle dans l'exercice de la démocratie. Merci à vous Mesdames et Messieurs les maires de bien vouloir recueillir les doléances de celles et ceux qui au quotidien vous côtoient et qui, jusqu'à il y a peu, souffraient en silence. Vous êtes le premier maillon de cette démocratie en laquelle nombre de nos concitoyens ont de plus en plus de mal à croire. Merci à vous. Je souhaite aussi que l’État reconnaisse votre travail, qu'il cesse de vous prendre pour de simples exécuteurs, qu'il vous redonne des moyens réels pour agir auprès d'une population qui n'en peut plus de tant d'arrogance et d'oubli. Vous êtes les premiers garants, si vous en avez les moyens, d'une démocratie qui perdure.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 17:19

Quand les répliques culte de Kaamelott s'invitent chez les gilets jaunes, ça pourrait sembler sympathique

Cependant, pour celles et ceux qui connaissent la série, quand on réfléchit aux personnages très bas de plafond qui répètent ce slogan à l'envi dans les feuilletons, c'est loin, très loin d'être flatteur pour les manifestants.

Eh les gars, attention à l'autoflagellation !

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 17:13

La quinte de toux, c'est le poumon.

La pinte de tout... c'est le foie !

Spéciale dédicace à la belle rousse wink

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 17:08

Jolie photo !

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 08:05

On peut toujours soigner une quinte de toux. En revanche, on n'a toujours pas trouvé comment gérer une quinte de rien.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 07:55

C'est dingue. D'habitude on dit vivement le weekend. En ce moment, avec ce qui risque d'arriver, la peur, le stress de la pause dominicale, c'est plutôt vivement lundi !?! Va comprendre...

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2018 4 06 /12 /décembre /2018 18:55

Arrêtez de vous laisser bercer/berner par la télévision !

Il y a quelques temps, le sinsitre des petits enfants est passé à l'émission Au tableau sur la chaîne C8. Je n'ai pas regardé cet émission qui a fait le buzz, comme on dit. Le sinistre avait fait deux bonnes grosses fautes de conjugaison et la correction est venue "spontanément" des enfants. 

Cela a déclenché une déferlante de critique sur les fameux réseaux dits sociaux, ainsi que dans la presse, et l'extrait, que je ne peux pas insérer dans ce post mais dont je vous donne le lien ici, tourne en boucle. Le sinistre est conspué pour son incapacité à conjuguer correctement le verbe courir au passé simple.

Je suis très loin d'apprécier le sinistre des petits enfants qui pourtant est mon big boss. Mais ne vous laissez pas piéger, ce monsieur n'a pas été pris en défaut d'incompétence en conjugaison. Cet extrait vous a floué.

Il suffit de regarder l'extrait, non sur le fond, mais dans sa forme pour réaliser que le spectateur va là où la réalisation et la production de cette chaîne privée veulent l'emmener.

Un extrait d'une minute et quarante cinq seconde.

28 plans différents au lieu d'un plan séquence.

13 plans sur le sinistre au tableau, soit près de la moitié des plans.

11 gros plans sur des enfants de la classe (une fillette noire, celle qui corrigera... deux autres fillettes et un garçonnet) Le hasard veut que le fillette noire apparaisse dans 6 gros plans, soit plus de la moitié des plans faits sur les visages, alors que les deux autres fillettes sont vues chacune dans 2 gros plans et le garçonnet dans un seul. Étonnant non ? J'appelle ça préparer la chute.

Ajoutons à cela que la fillette noire apparait aussi dans 4 plans d'ensemble, qui permettent de voir la classe dans son entier.

Le temps de prise de vue est aussi intéressant à décompter. Environ 13 secondes pour les gros plans sur la jeune fille noire, 6 pour une fillette, 3 pour la seconde, 2 pour le garçon. Pourquoi cette insistance sur celle qui, comme par hasard sera celle qui révélera les erreurs du sinistre ? Temps auquel on peut ajouter celui des 4 plans d'ensemble où apparait aussi cette fillette. Bref, on la voit environs 21 secondes sur 105, soit 20% du temps... Pas mal non ?

Le filmage est revendiqué comme étant en direct... j'ai du mal à y croire. Même si aujourd'hui, les moyens vidéo n'ont plus la taille de ceux de jadis, ils prennent encore de la place. Or, si on regarde dans la continuité des plans, on remarque qu'il y a une multiplicité de points de vue physique, donc d'emplacements de caméra(s). On remarque également que les plans sont assemblés en champ/contrechamp. Alors, compte tenu de l'enchainement de ces plans où l'on voit le sinistre, les enfants, à nouveau le sinistre, la fillette noire... ne devrions nous pas voir les caméras dans le dispositif à un moment donné ? Où si on a voulu les cacher, comment expliquer la continuité temporelle autrement que par l'exercice du montage ? En conséquence, si montage il y a, le direct ne vaut plus.

Une dernière chose. Il se passe moins d'une seconde entre le moment où le sinistre achève d'écrire et celui où la fillette noire annonce "Alors, vous avez fait deux fautes... " Pour travailler tous les jours avec des élèves, je peux affirmer qu'une réaction d'enfant aussi prompte est rarissime. Que le/la collègue qui n'est pas d'accord avec ce constat me jette le premier cahier du jour.

Toute cette émission est construite, absolument construite, parfaitement construite,de telle façon que  le spectateur lambda croit à la spontanéité de la chose. Bidon ! C'est du bidon... Alors, pourquoi me direz-vous, le sinistre joue un jeu qui le ridiculise ? La chose me semble assez simple. En agissant ainsi, il permet au peuple de considérer qu'il n'est pas au dessus de lui, qu'il est faillible, comme tout un chacun. Et même si on peut lui reprocher d'être nul en conjugaison, finalement, il est humain.

Ne nous laissons pas abuser par ce genre de chose. Les politiques sont malins, au sens diabolique du terme. Pour ma part, j'ai vraiment du mal à avaler une telle bourde de la part d'une telle personne. Il arrive à tout le monde de faire des erreurs, mais là, c'est tellement gros que c'en est grossier.

Pour avoir été abusé moi aussi par les images à l'époque où la Roumanie était à feu et à sang et où les médias de ce pays nous avaient livré les images immondes du charnier de Timisoara, je suis devenu méfiant. Je ne cède pas la thèse du complot permanent. Je reste toujours dubitatif et surtout vigilant, face à une télévision qui, contrairement à la volonté d'un certain Général De Gaulle, n'acculture pas les foules, mais les abrutit. Malheureusement, la télévision d'aujourd'hui, c'est majoritairement cela... et ça marche. C'est triste.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 19:09

Il y a des petits matins où le soleil décide de donner le meilleur de lui même pour rendre la ville étonnante

 

 

Partager cet article
Repost0