Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 22:26

Debout derrière moi, dans ce grand parc de Montaigu, sous les frondaisons, paisiblement à la discussion potagère avec un sien ami, dans les derniers soleils d'un automne encore chaud, il s'effondra. Certes, il était fatigué, journée passée debout à vendre le bon pain préparé la nuit durant par celle qui partageait sa vie et avec qui il affectionnait de pétrir bien évidemment. Rien ne laissait présumer de cette chute si soudaine. Une bière, plus tôt partagée, n'avait pu l'enivrer à ce point. Que s'était-il passé ? Qu'avaient décidé les cellules de cet agrégat de carbone et d'eau pour ainsi s'affaler mollement, sans raison apparente ? La flemme de ranger la dernière table guillotine à doigts de campeurs ? La motivation en chute libre d'aller livrer ses miches au dixième congrès des rossignols contestataires ? Peut-être l'envie libidino-écologique du contact direct avec dame nature ? Que nenni. Rien ! Rien de rien ne justifiait, vu de l'extérieur, ce rapprochement aussi rapide que viril et dorsal avec la terre ferme.

 

Mais les faits étaient là, il était maintenant allongé à mes pieds, grimaçant. Passé de l'érection à la

station couchée, comme si une société de démolition l'eut, à l'instar de ces barres d'immeubles qu'on élimine, miné de part en part... Une chute en mouvement, cela peut s'entendre, se concevoir et au pire s'accepter, elle est dans la logique des choses que la physique sait démontrer, mais là ! Debout, immobile, puis au sol, dans l'instant, sans que la moindre inertie n'ait pu l'y entraîner. Instant de surprise, que dis-je, de stupeur, car la vie coulait paisiblement puisque l'heure de plier bagages avait sonné, la recette du jour étant faite et bien faite, assez tôt dans l'après midi, au bonheur affiché de la patronne. La chute avait été ontologique, que dis-je axiomatique. Impossible à démontrer, impossible à réfuter... le sourire du blessé en témoignait. Il y avait de la pomme de Newton à l'intérieur de cet homme là.

 

Cependant, eu égard à sa face grimaçante, il n'était plus temps d'écarquiller les yeux sur ce pauvre bougre qui maintenant soufrait tel un supplicié mimant avec un succès certain le pli des yeux asiatiques et l'éternel sourire nippon ! Seul le nez froncé rappelait que l'homme n'en était pas à une nième reprise du mime Marceau mais bien à la douleur. La bonne humeur s'était effacée des visages amis, préoccupés à apporter aide et réconfort à l'affalé. Regards graves et inquiets sur une interrogation : de quoi souffrait-il ? Le cœur allait-il lâcher de suite ou faudrait-il attendre de longues semaines avant de festoyer à la mémoire du défunt ? Nous rejouait-il la transe vécue quelques jours plus tôt, alors qu'il pensait incarner le nouveau Messie ? Non, la réponse fût à la fois plus rassurante et nettement moins excitante, religieusement parlant.

 

"C'est la cheville, ça m'arrive de temps en temps... " pût il lâcher dans un souffle.

"Mais là, ça fait  vraiment mal !" continua-t-il, la bouche tordue dans une position qui lui faisait remonter les commissures au niveau des oreilles en une publicité sympathique pour les pastèques de plein été à l'étal des maraichers du Sud. C'était somme toute assez bien réussi comme étude de masque type Commedia d’el Arte. Nous étions en cercle autour d'icelui, prêts à applaudir devant tant de professionnalisme dans l'art de la mimique. Tout ça sentait l'Actor Studio, le vécu... C'est à ce moment, que, chaussette baissée, nous vîmes la cheville qu'il massait. Le galbe sportif de cette jambe était intact et l'endroit incriminé ne laissait poindre la moindre tuméfaction violacée qui nous eût sitôt, et renseignés et inquiétés. C'est dans ce bain de perplexité, après un passage du chapeau pour ce rôle interprété à la perfection, que l'idée de la glace naquit. En effet, constatant que les trois milles et quelques euros recueillis pour la prestation n'apaisaient pas l'acteur, une amie fût dépêchée auprès de la tente de la sécurité civile afin de quérir de quoi soulager la douleur. Nous attendîmes donc le petit sac de glaçons salvateurs. Quelques instants plus tard, la bienfaitrice était de retour, au pas de course mais les mains vides.

"Tudieu ! " s'exclama l'un d'entre nous,

"Foutrecul" surenchérit un second.

"Ben alors ?" conclut un troisième, en manque de lexique.

 

La réponse arriva avec la camionnette qui suivait de quelques dizaines de mètres la jeune femme. Le petit groupe qui s'était constitué autour de l'adepte du rapprochement du sol fût alors saisi par une grande perplexité. La glace n'était-elle livrée qu'en pain de 100 kg ? Faudrait-il se mettre à la recherche d'un pic à glace, objet assez rare chez les boulangers, pour briser le bloc et adapter la taille du glaçon au mal ? Allait-on nous séparer ex abrupto, avant même l'heure du Berger, celle qui se conjugue avec deux glaçons, de l'être aimé de sa pétrisseuse, apprécié de ses clients-amis et parfois plaisanté de ses amis-clients ? Un homme ganté de latex translucide descendit de la camionnette. Il était affable.

"Rien ne sert de courir" dit-il avec un petit sourire narquois, "On va voir ça".

 

Une couleur pâle s'était imposée en lieu et place du rictus des premières douleurs sur le visage de celui qui avait été la victime de son propre corps. La souffrance persistait mais on y lisait maintenant en surimpression un masque de plus, celui de l'inquiétude. L'homme dépêché auprès de notre ami auscultait. Il prit la cheville en main, palpa, tourna doucement, de droite à gauche, de haut en bas et inversement, observant les réactions du blessé. Les traits de ce dernier, dans les meilleures éditions de la bible illustrée pour catéchisme juvénile, auraient aisément pu suppléer n'importe quel apôtre voué aux lions. Le disciple d'Hippocrate finit par se lever, la mine grave, se dirigea, sans mot dire vers l'arrière de la camionnette. Egalement muet, chacun d'entre-nous imagina, qui des attelles, qui une orthèse, qui un compressif façon femme éléphant. L'homme continua son chemin au delà du véhicule sanitaire, ce qui eût pour effet d'installer un climat pour le moins en contradiction avec la météo du jour. Point de baguettes de bois, pas plus que de cire ergothérapique, de bande Velpeau ou de glaçon. L'homme revint avec deux forts des halles, précédant un camion plus haut et plus terne que l'ambulance.

 

"Mais... " s'étonna la miteronne en chef.

"Qu'est ce que... " souffla le gisant.

"Ben... !!!" osa le troisième, toujours en mal de vocabulaire.

"Vous ne l'emmenez pas avec l'ambulance ? " reprit la boulangère.

"Non madame, l'ambulance reste ici" lança l'homme de la sécurité civile,

 "... et dans son cas" poursuivit-il en se tournant vers les deux molosses

"... il vaut mieux qu'on vous le confie".

 

Nous eûmes tout juste le temps de dire adieu à notre ami, avant que les équarisseurs le chargent dans leur benne...

 

Je dédie cette nouvelle, librement inspirée d'un fait réel, à un ami cher, bien que fragile des chevilles...

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
Heu...<br /> Moi, j'ai juste ramené l'ambulance...<br /> (J'veux pas mettre la boulangère dans le pétrin!)<br /> Signé Véro, bienfaitrice<br /> (PS : et pour "jeune femme", ne modifiez pas, ça me va)
Répondre
D
heulà...<br /> bon je vois que tu es inspiré.<br /> j'ai bien aimé.<br /> évidement et comme d'habitude je ferai de petites recoupes mais ça se tient bien.<br /> bien bien mon gars Patrick.<br /> la chute bien que brutale ferme parfaitement ce petit<br /> récit.<br /> Ca devient bon.
Répondre
M
Excellent!
Répondre
N
<br /> eh bé ! Maryse doit être contente de voir à quoi elle a échappé :-))<br /> <br /> <br />
Répondre