Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:37

"Sois prompt à écouter, et lent à donner une réponse"

Ben Sira

 

Il est vrai qu’aujourd’hui la vitesse prévaut,

La réponse dans l’heure, et cela sans défaut

N’en peut être autrement au risque de déplaire

Réagir aussitôt que l’info va se faire

Sans prendre quelque temps, celui de réfléchir

De mettre la distance, pour mieux la prévenir

Action et réaction, voilà les maîtres mots

D’un monde où tout est fou, d’un monde où tous les maux

Doivent sans plus tarder, trouver la solution

Fi de la réflexion, il nous faut de l’action

 

Déjà l’enfant le sait, puisque tout arbrisseau

Il comprend qu’il est roi, que tout lui est cadeau

Que ses parents ne savent comment il leur faut faire

Pour que la tête blonde fruit de leur propre chair

Accepte qu’on refuse ce qui lui est désir,

Comprenne qu’il y a parfois du déplaisir

Mais qu’il est constructif, même s’il a le cœur gros

Que papa et maman refusent le crédo

De l’enfant qui s’emporte dès que la frustration

Le prend au dépourvu, force l’acceptation

 

Quand assis au bureau, sage comme un agneau

Je vois tout en furie, entrer comme un taureau

Mon collègue d’en face, souvent atrabilaire

Le cheveu en bataille et l’air autoritaire

Sans même me saluer, et tout ça pour me dire

« As-tu reçu le mél ? Je viens de le finir

Et j’attends ta réponse,  très vite il me la faut

Cela ne peut attendre… Voilà donc le fléau

De la rapidité. Voilà donc l’abjection

Du manque de répit pour répondre aux questions.

 

Bien sur si la vitesse, nous amène aussitôt

A l’autre bout du mode, cela prestissimo

Il n’en reste pas moins que cela m’exaspère

Ne n’avoir plus le temps, parce que tout accélère

D’apprécier les choses, de pouvoir acquérir

Une philosophie qui pourrait abonnir

Ce que je vis des choses, ce que je trouve beau

Et si célérité devient le seul ruisseau

De tout ce qui nous fait, c’est une abjuration

Du plaisir de la vie, une abomination.

 

Aussi le politique, à son plus haut niveau

N’a plus capacité de trouver le repos

Celui qui nous protège de la crise de nerfs

Et nous permet ainsi d’avoir l’esprit plus clair

Afin de distinguer ce qui sera le pire

Trouver la solution ou bien céder à l’ire

Et pourtant on le sait, la colère ne vaut

Surtout pas qu’on y tombe, car elle a le défaut

D’empêcher de penser, de nuire à l’attention

De tous nous révolter, de créer la tension.

 

Aussi, je vous le dis, allez decrescendo

Pour qu’au bout de la vie vous soyez en écho

De la force du vent, de celle de la terre

Et de celles de l’eau, du feu qui nous sont chères

Pour qu’ainsi vous puissiez, enfin vous accomplir

Etres de la nature, humains en devenir.

Habitants de la terre, votre si beau berceau,

Réagissez au mieux, préparez vos cerveaux

Sans partir en arrière, engagez votre action

Pour enfin accepter la décélération.

 

La lenteur a du bon, observez l’escargot

Qui toujours à la peine, traîne son lourd fardeau

Sachez vous inspirer, sachez en prendre l’air

Car même s’il ne va pas si vite que l’éclair

Il arrive à son but, et cela sans courir

Sans jamais s’arrêter, sans jamais s’assoupir

Hommes de la vitesse, arrêtez vos assauts

Prenez le temps de vivre, prenez celui qu’il faut

Pour qu’icelui  vous porte l’amélioration

Sur le champ, tout de suite, sans autre digression

 

Devenez fainéant, refusez le monceau

Des actes qu’il vous faudra traiter illico

Prenez de la distance, sachez garder vos nerfs

Et sans hésitation, sachez bien vous abstraire

Des réponses immédiates, sachez les abolir

Au jeu de la durée, sachez-vous convertir.

Prenez donc bien le temps, tout comme le bateau

Qui va sur l’onde claire, navigue au fil des flots

Et qui toujours au port, sans précipitation

Amène les colis, livre les provisions

 

Apprenez aux enfants, qui sortent du berceau

Ce que veut dire attendre, que signifie repos

Ce faisant vous saurez ménager vos arrières

Pas de fessées de trop, de claques sur le derrière

Vous aurez fait passer comme bon souvenir

Celui du temps qui passe et qu’on laisse advenir

Joie de se réveiller alors qu’il n’est plus tôt

De lézarder un peu quand dehors il fait chaud

De prendre tout son temps pour faire ses ablutions

D’avec le paresseux être en adéquation

 

Et si la nonchalance ne fait admiration

Prenez la chose bien, ce sera la caution

De votre attachement à ce qui là prévaut :

Indolence de l’aï, celle du cachalot

Flegme de la tortue, qui peine à déguerpir

Chantres de la durée qui lentement s’étirent

Enfin, si vous trouvez que la chose est austère

Mon propos hors sujet, mes phrases cavalières

Alors n’hésitez pas, allez-y allegro

Choisissez la vitesse, celle de l’escargot !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires