Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 23:26

Installé au Nouveau Mexique, à proximité d'El Paso, il avait créé une société écran afin de poursuivre ses activités passées en toute impunité. Personne n'avait trouvé bizarre cette officine spécialisée dans la relaxation des ornithorynques par la musique dodécaphonique. Andrew Binyol, rebaptisé ainsi depuis qu'il avait précipitamment quitté son précédent travail pour des raisons évidentes, avait longtemps fouillé. Il avait longtemps étudié. Il avait épluché une à une les fiches destinées à transmettre aux générations futures LE savoir faire ancestral et néanmoins renouvelé lors de la dernière. Il avait pu réaliser ces recherches car Andrew appartenait à une organisation sectaire regroupant un certain nombre de scientifiques prêts à tout expérimenter.

 

Ecclésiastique ermite, Pepito Xico avait depuis fort longtemps décidé de vivre dans l'arrière pays un peu au Nord d'El Paso, juste après la frontière. Originaire de Ciudad Juarez, Pepito était un parfait Chicanos. Dom Pepito, comme l'appelaient les quelques autochtones qui résidaient alentour, avait voué sa vie à St François d'Assises. Il vivait chichement, le plus souvent seul, dans un monde empli de prière, se satisfaisant de peu. Il se nourrissait essentiellement de légumes et de lait. Pepito s'obligeait à une ascèse de tous les instants concernant l'alimentation carnée, eu égard à l'amour sacré qu'il portait au règne animal. Cependant il lui fallait tout de même quelques éléments protéinés. Ainsi, la seule concession qu'il faisait à ce régime, consistait en l'absorption bi hebdomadaire de scolopendre frit, arrosé d'eau fraîche qui sourdait des rochers, à quelques pas de son modeste logis en pisé.

 

Andrew stationna la Pontiac à quelques mètres de la chapelle. Après plusieurs jours d'observation, il avait pris sa décision. La couleur plus orangée que bronzée de Dom Pepito, corroborait les hypothèses notées sur la fiche renseignée par la société secrète. Ces fiches informaient leurs lecteurs sur un nombre effarant de points, nom, adresse, âge, psychologie, perversions... mais surtout, et c'est cela qui avait mené Andrew jusque là, santé ! En effet, les écritures indiquaient chez Pepito un dysfonctionnement hépatique chronique, d'où la couleur de son épiderme. "Ce coyote à foie jaune correspond exactement à ce que j'attends" pensa Andrew qui cherchait depuis fort longtemps à parfaire ses recherches.

 

Connaissant tout de Dom Pepito et du don de sa vie à la nature et aux animaux, Andrew avait ourdi un plan propre à confondre celui dont il avait besoin. Andrew avait estimé qu'une approche sous un déguisement animal lui faciliterait la capture du prêtre. Malgré une chaleur torride, il avait revêtu une peau de caribou prêtée par un sien ami canadien. Il avait initialement opté pour l'enveloppe d'un Pheugopedius spadix, plus connu sous le nom de troglodyte moine, imaginant qu'il duperait l'ermite par la religiosité du nom. Malheureusement pour son plan, Andrew avait pris depuis son arrivée aux US un embonpoint qui lui interdisait ce costume. Il s'était donc résolu à endosser finalement celui du caribou, en dépit de la température, car il était plus saillant. Afin de masquer l'aspect un peu moins discret, Andrew avait acquis quelques cierges bénis par Pie XII et les avaient disposés ça et là sur la ramure du cervidé.

 

Pénétrant dans la chapelle, Andrew pensa durant une fraction de seconde que Pepito avait découvert le subterfuge. Il avait longuement fixé  les flammes qui surmontaient le crâne du caribou... Mais il n'en était rien. Occupé qu'il était à moucher les cierges de la petite église, Dom Pepito n'avait pas prêté attention à l'attitude ésotérique d'Andrew. Pris dans ses prières intérieures, l'ermite moucha  à leur tour les cierges caribesques. Les bras levés du saint homme donnèrent à Andrew l'occasion inespérée de porter une estocade inédite. Il envoya au foie de Dom Pepito un violent coup de son olécrâne gauche faisant éclater l'organe, qui dans une subite hémorragie interne, fit passer le Franciscain de vie à trépas.

 

Emportant le corps malingre et jaune à souhait, Andrews se réjouit. Après avoir beaucoup expérimenté il rêvait d'innovation depuis longtemps. Il allait enfin pouvoir réaliser son rêve. Arrivé dans l'arrière cour de sa petite entreprise, Andrew déposa Pepito au sol. Le visage maintenant cireux de ce dernier n'émut pas outre mesure Andrew, habitué à ce genre de vision. Il traîna le corps jusqu'au laboratoire, sis juste en dessous de la salle de relaxation pour ovipare à bec de canard, pattes palmées et queue plate. Seule la force centripète permettrait d'extraire l'héparine de l'ermite, saint substrat nécessaire à la confection de la recette qui ferait florès au prochain salon de la cuisine moléculaire. Il fallait donc être équipé de l'outillage ad hoc. Andrew avait depuis peu acquis l'indispensable appareil.

 

Au moment même où il allait dépecer sa victime, dénoncé par des voisins suspicieux, Andrew ne put aboutir son ouvrage. Les hommes de la brigade psychozoophile venaient de faire voler la porte en éclats. Ils s'étaient précipités dans la petite pièce, torches à la main, en hurlant.  Andrew réagit sur le champ . Il réussit à s'enfuir et il eût juste le temps d'emporter dans sa fuite la précieuse centrifugeuse. Identifié et poursuivi, il dût à nouveau changer de lieu, changer de nom...

 

Depuis quelques années, un certain Ferran A. connait un succès croissant avec El Bulli l'établissement qu'il dirige. Corrélativement, il y a de moins en moins d'ermites en Espagne... 

 

Spéciale dédicace à Lerouge, la belle Lulu and so on...

Partager cet article
Repost0

commentaires

D

je vois que tu profites de ma sortie de France pour attaquer el bullit
et ben bravo
d'ailleurs y as tu mangé tête de poulet ?
as tu goûté l'incomparable lapin au chocolat et ail y oli
hein ?
dis le
dis le

non mais

autrement l'histoire est rondement menée, dommage je peux pas te casser là dessus....


Répondre