Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 14:11

Penser le renouveau, tel était le challenge que venait de s'imposer Dieu. L'époque des prototypes était passée. Elle avait donné un résultat assez douteux. Moins sur le plan formel que fondamental. Adam, le premier jet, lui semblait presque parfait. Cependant, la déité ne supportait pas le "presque", le "pas tout à fait". Dieu s'était remis à l'ouvrage. Il avait emprunté un fragment à Adam, clonage avant l'heure. Mais il avait tenté d'améliorer les choses. A vouloir fignoler, il était devenu excessif. Et je gonfle à outrance les pectoraux, et je supprime l'entre-jambe, et je boucle la longue chevelure blonde... Bref, le mieux étant l'ennemi du bien, il avait créé Eve. Celle-ci avait eu tôt fait de dysfonctionner. Elle céda au démon, cellant ainsi le sort de l'Homme que Dieu reléga de suite au rang des erreurs de jeunesse. La période créationniste fit donc long feu.
Vint ensuite l'évolutionnisme. Dieu se dit qu'il faudrait d'ailleurs, par pure modestie, lui trouver un inventeur. Darwin... le nom lui plaisait. Une fois l'évolutionisme en route, Dieu déposerait le brevet au nom de Darwin. Ainsi, un  peu refroidi par la complexité, Dieu décida de faire simple. Il choisit donc de réduire le potentiel intellectuel des créatures. Il restait toutefois en lui un soupçon de mégalomanie. Comment pouvait-il en être autrement quand on est seul au monde ? Il fallait toujours faire grandiose. Pour plaire à qui d'ailleurs ? Lui seul le savait !
Comme le matériaux était livré de façon standard, la quantité devait compenser la qualité. Petit cerveau, grande carcasse ! Dieu mit donc assez peu de temps à façonner le dinosaure. Unité centrale minuscule mais surtout rudimentaire pour une mécanique titanesque. Le compte y était. Le rapport qualité sur quantité respectait la norme. Dieu mit, malgré son omniscience, le même laps de temps à réaliser la fragilité du dinosaure. Celui-ci resistait mal aux pluies de météorites. La seconde expérience capotait à son tour...
Alors, penser le renouveau, certes, mais quelle voie suivre ? Le premier essai avait donné un homme trop sensible, prêt à répondre à n'importe quelle sollicitation. Le second n'était pas mieux, bête et vulnérable. Dieu fût pris d'un vrai coup de blues, bien que ce dernier n'ait pas encore été créé. Les anges et les archanges le regardaient arpenter son atelier, en panne d'idée. Dieu errait comme une âme en peine. Par chance, Dieu bricolait toujours à ses moment perdus ; c'est ainsi qu'il avait pu créer l'âme, concept dont il ne savait que faire au départ. Cela lui était bien utile maintenant pour qualifier la tristesse de son errance, précisément !
Dieu revint à ses moutons, eux aussi, générés dans un moment libre. Ils permettaient indifféremment de lutter contre les insomnies, de se vétir chaudement et de célébrer l'aïd mais aussi de revenir à la question primordiale.
Dieu était sensible au fait de découvrir quotidiennement du nouveau. Il avait tout de même le monde à créer. Création, nouveau, renouveau... Ce n'était pas une mince affaire. Le grand horloger, comme l'appelaient aussi les anges, eu égard à ses origines suisses, se fit couler un café et remis sur le métier l'ouvrage. Grande intelligence dans petit contenant, grand volume avec un cerveau reptilien, sans plus... quadrature du cercle. Dieu se dit que la question n'était pas celle du rapport entre fond et forme. Il fallait être attentif aux autres paramètres, peser chaque variable avec soin. Il remit tout à plat, essaya tout allant jusqu'à produire des chimères. Les êtres unicellulaires firent place au créatures multicéphales ; les humanoïdes aux hommes bioniques ; les acariens aux techniciennes de surface ; les présidents charismatiques aux nano-souverains emphétaminés. Après quelques milliers d'années de travail imparfait, Dieu se sentit fatigué. Fatigué de courrir après l'impossible comme le smicard court après l'hypothétique prime de fin d'année sur la fiche de paye du douzième mois, seulement du douzième mois.
De guerre las, Dieu fit une dernière tentative. Epuisé, il n'y mit pas tout son coeur et pourtant, cela fonctionna. Cet être si petit, dénué de cerveau mais si puissant allait être le nouveau départ... le renouveau. Dans le secret espoir de changer le monde, d'apporter ce renouveau dont il avait besoin depuis si longtemps, Dieu diffusa sa découverte aux quatres coins de la planète. Les hommes ne tardèrent pas à identifier ce puissant élément qui maintenant agissait sur eux. Ils le nommèrent SIDA !

 

sida.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires