Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 17:10

Pas beaucoup de posts aujourd'hui... compliqué.

Faut dire qu'après être allé à l'autre bout de la France pour aider les maraichers à cueillir les fraises, il a fallu aussi faire ce que notre ministère nous a demandé de faire, mais chttt ! faut pas le dire, pour ne pas casser la réputation de fainéant des enseignants.

Alors oui, je suis rentré chez moi, je me suis mis devant mon ordinateur en essayant de penser la continuité pédagogique, autrement que comme un gavage de nos chères têtes blondes... enfin, plutôt brunes là où je bosse.

Oui, j'ai passé un temps important à me demander comment aider K. dont la maman est seule, comment épauler E. dont la maman est perdue devant l'informatique, comment secourir L. qui n'a pas d'ordinateur chez elle...

Oui, j'ai passé un sale moment, en me disant que certain(e)s sont, comme disait Coluche, moins égaux que d'autres. Et ça m'a fait chier, parce que mon boulot, c'est justement d'aider les gosses en difficulté. Et ça me bouffe, au quotidien confiné, parce que l'aide, c'est avant tout de l'humain, du contact, de la proximité, de l'empathie.

Oui, j'ai bien conscience qu'effectivement cette putain de crise sanitaire tapera encore plus fort sur les moins fortunés, pécuniairement, économiquement, socialement, intellectuellement parlant. Je ne l'accepte pas, mais je ne suis pas omnipotent. Je fais comme je peux, avec ce que j'ai, et je suis bien conscient que c'est bien peu. Et bon nombre de mes collègues sont comme moi, parfois démunis, parfois déprimés, parfois en colère.

Je sais qu'en cette période, de nombreux enseignants, mes pairs, n'ont pas bien compris que le gavage n'est pas la solution, qu'ils/elles saturent les gosses de boulot. Mais je sais qu'il y a aussi beaucoup, vraiment beaucoup  d'enseignants qui se questionnent, se démènent, s'arrachent les cheveux au quotidien en ce moment justement, pour ne pas gaver, saturer, mais accompagner, aider TOUS les élèves, les forts en thème comme ceux qui peinent dès l'heure d'entrer en classe, les riches en Nike comme les pauvres qui ne portent pas de chaussettes en hiver, les français de souche comme tous ceux qui nous arrivent de l'étranger.

Je le sais parce qu'au quotidien, depuis deux semaines de confinement, je suis en relation permanente avec mes collègues de REP+ pour ne pas laisser tomber les gamins. J'ai toujours pensé que l'honneur de notre boulot était, au delà des programmes et autres instructions ministérielles, d'amener, le mieux du monde, dans les meilleures conditions possibles, ces jeunes enfants à la pré-adolescence en leur donnant, que dis-je, en leur offrant la possibilité d'acquérir des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être, dans le respect de ce qu'est chacun d'eux/chacune d'elles.

Je sais que je ne suis pas le seul, et que la majorité de mes collègues de REP+ pensent comme moi. Dans tous les cas, leur façon d'agir, de prendre en compte chacun(e), comme un petit être humain qui ne demande qu'à grandir et à s'épanouir, et pas comme une outre qu'on remplit de savoirs, quite à la faire exploser, me montre au quotidien, que s'il y a des enseignants-gaveurs, j'en suis conscient, il n'y a pas qu'eux.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires