Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 09:26

Quand Manupiter est agacé, il use d'un lexique d'une brutalité qui me dicte ici de vous prévenir avant que vous poursuiviez la lecture de ce post.

Si des enfants sont près de vous, s'ils regardent l'écran de votre ordinateur, si malheureusement ils savent déjà lire, s'ils n'ont pas encore été pollués par les vilains mots qu'ils apprennent de leurs petits camarades à l'école, alors éloignez les, enfermez-les dans leur chambre, dans le placard à balais s'ils n'ont pas de chambre ou dans le congélateur si votre maison n'est pas équipé d'un placard à balais.

Ne les laissez pas accéder à la violence absolue des mots du Président de l'Arrêt public, que j'ose reporter ici. Je passe sur le commun pour aller directement à ce propos qui m'a choqué au plus haut point :

"... c'est la fin des haricots !!!"

Je pose la question... pourquoi tant de virulence et tant de haine vis à vis des français ? Pourquoi leur parler ainsi ? Sitôt ce propos ignoble entendu, à la limite de tomber dans les pommes, j'ai arrêté de regarder le débat, de peur de voir Manupiter coller un marron, ou une pêche à son interlocuteur qui expliquait ne plus avoir un radis au 15 du mois. Crainte aussi de l'entendre encore et encore raconter des salades en prenant ses compatriotes pour des poires, ou pire, pour des citrons à presser.

Une chose est sure, moi qui hésitais à assister au grand débat en public, si Manupiter vient, je ne ferai pas le poireau pour attendre car la chose risque une fois encore de tourner au mauvais navet pour un débat à la noix qui finira certainement dans les choux.

Je suis donc bien décidé, considérant que les carottes sont cuites, même si j'ai encore la banane, avant d'aller manger les pissenlits par la racine, de ne pas ramener ma fraise... persuadé que je ferais chou blanc.

Pour conclure, je vous présente mes excuses, je me suis laissé emporté par l'émotion en usant d'un vocabulaire terriblement agressif.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires