Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 20:00

Dans le même opus que précédemment cité, j'ai trouvé ce texte de Francis Blanche (oui... encore) vraiment très beau. Du coup, je vous en fais profiter.

Qui sait où et comment on se procure la peau de chagrin ?... Honoré de Balzac, dans son fameux roman, s'est bien gardé d'évoquer ce mystère...

Le chagrin est une sorte de chat sauvage, de couleur grise, qui vit dans les montagnes... Son cri, triste et lugubre, impressionne le voyageur qui se hasarde, la nuit, sur les routes en lacets, où les sapins noirs montent la garde, dans l'ombre. Il faut se mettre à plusieurs pour en venir à bout. Car tout seul, on arrive mal à chasser le chagrin. Voici un champ de soucis. Les chagrins ne doivent pas être loin. Car le chagrin s'installe volontiers au milieu des soucis ou des pensées, quand elles sont de couleur sombre. Là-bas, au pied d'un saule pleureur, un chagrin vient d'être repéré. Il somnole, visiblement repu par un trop bon repas de cancrelats. Car c'est une chose bien connue, que le chagrin se nourrit de cafard.

Texte éminemment poétique, sublime jeu avec les mots, immense beauté. Monsieur Blanche, c'est tellement beau,drôle... et profond. Chapeau bas. A lire, et relire, encore et encore.

Partager cet article
Repost0

commentaires