Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

6 décembre 2018 4 06 /12 /décembre /2018 18:55

Arrêtez de vous laisser bercer/berner par la télévision !

Il y a quelques temps, le sinsitre des petits enfants est passé à l'émission Au tableau sur la chaîne C8. Je n'ai pas regardé cet émission qui a fait le buzz, comme on dit. Le sinistre avait fait deux bonnes grosses fautes de conjugaison et la correction est venue "spontanément" des enfants. 

Cela a déclenché une déferlante de critique sur les fameux réseaux dits sociaux, ainsi que dans la presse, et l'extrait, que je ne peux pas insérer dans ce post mais dont je vous donne le lien ici, tourne en boucle. Le sinistre est conspué pour son incapacité à conjuguer correctement le verbe courir au passé simple.

Je suis très loin d'apprécier le sinistre des petits enfants qui pourtant est mon big boss. Mais ne vous laissez pas piéger, ce monsieur n'a pas été pris en défaut d'incompétence en conjugaison. Cet extrait vous a floué.

Il suffit de regarder l'extrait, non sur le fond, mais dans sa forme pour réaliser que le spectateur va là où la réalisation et la production de cette chaîne privée veulent l'emmener.

Un extrait d'une minute et quarante cinq seconde.

28 plans différents au lieu d'un plan séquence.

13 plans sur le sinistre au tableau, soit près de la moitié des plans.

11 gros plans sur des enfants de la classe (une fillette noire, celle qui corrigera... deux autres fillettes et un garçonnet) Le hasard veut que le fillette noire apparaisse dans 6 gros plans, soit plus de la moitié des plans faits sur les visages, alors que les deux autres fillettes sont vues chacune dans 2 gros plans et le garçonnet dans un seul. Étonnant non ? J'appelle ça préparer la chute.

Ajoutons à cela que la fillette noire apparait aussi dans 4 plans d'ensemble, qui permettent de voir la classe dans son entier.

Le temps de prise de vue est aussi intéressant à décompter. Environ 13 secondes pour les gros plans sur la jeune fille noire, 6 pour une fillette, 3 pour la seconde, 2 pour le garçon. Pourquoi cette insistance sur celle qui, comme par hasard sera celle qui révélera les erreurs du sinistre ? Temps auquel on peut ajouter celui des 4 plans d'ensemble où apparait aussi cette fillette. Bref, on la voit environs 21 secondes sur 105, soit 20% du temps... Pas mal non ?

Le filmage est revendiqué comme étant en direct... j'ai du mal à y croire. Même si aujourd'hui, les moyens vidéo n'ont plus la taille de ceux de jadis, ils prennent encore de la place. Or, si on regarde dans la continuité des plans, on remarque qu'il y a une multiplicité de points de vue physique, donc d'emplacements de caméra(s). On remarque également que les plans sont assemblés en champ/contrechamp. Alors, compte tenu de l'enchainement de ces plans où l'on voit le sinistre, les enfants, à nouveau le sinistre, la fillette noire... ne devrions nous pas voir les caméras dans le dispositif à un moment donné ? Où si on a voulu les cacher, comment expliquer la continuité temporelle autrement que par l'exercice du montage ? En conséquence, si montage il y a, le direct ne vaut plus.

Une dernière chose. Il se passe moins d'une seconde entre le moment où le sinistre achève d'écrire et celui où la fillette noire annonce "Alors, vous avez fait deux fautes... " Pour travailler tous les jours avec des élèves, je peux affirmer qu'une réaction d'enfant aussi prompte est rarissime. Que le/la collègue qui n'est pas d'accord avec ce constat me jette le premier cahier du jour.

Toute cette émission est construite, absolument construite, parfaitement construite,de telle façon que  le spectateur lambda croit à la spontanéité de la chose. Bidon ! C'est du bidon... Alors, pourquoi me direz-vous, le sinistre joue un jeu qui le ridiculise ? La chose me semble assez simple. En agissant ainsi, il permet au peuple de considérer qu'il n'est pas au dessus de lui, qu'il est faillible, comme tout un chacun. Et même si on peut lui reprocher d'être nul en conjugaison, finalement, il est humain.

Ne nous laissons pas abuser par ce genre de chose. Les politiques sont malins, au sens diabolique du terme. Pour ma part, j'ai vraiment du mal à avaler une telle bourde de la part d'une telle personne. Il arrive à tout le monde de faire des erreurs, mais là, c'est tellement gros que c'en est grossier.

Pour avoir été abusé moi aussi par les images à l'époque où la Roumanie était à feu et à sang et où les médias de ce pays nous avaient livré les images immondes du charnier de Timisoara, je suis devenu méfiant. Je ne cède pas la thèse du complot permanent. Je reste toujours dubitatif et surtout vigilant, face à une télévision qui, contrairement à la volonté d'un certain Général De Gaulle, n'acculture pas les foules, mais les abrutit. Malheureusement, la télévision d'aujourd'hui, c'est majoritairement cela... et ça marche. C'est triste.

Partager cet article
Repost0

commentaires