Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 16:30

Lors de la conférence du jour, gratuite, laïque ET obligatoire, l'intervenant use à un moment du vocable d'hétérodoxe...

Ma voisine de souffrance se tourne vers moi... "Hétérodoxe ??? Euuuhhhh... ça veut dire quoi ?"

Pédagogue et docte que je suis, en toute modestie, dans ma grande magnanimité je prends icelle en pitié et lui explique en toute simplicité :

"HÉTÉRODOXE, adj.

A. − RELIG. Qui s'écarte de la doctrine officiellement reçue. Anton. orthodoxe.Il a combattu [Priestley] l'école écossaise; il est aussi théologien, et théologien hétérodoxe, comme vous pouvez le penser (Cousin, Hist. philos., t. 1, 1829, p. 37).L'alchimie ne devait pas tarder à s'associer tant au soufisme sunnite qu'au chiisme et aux gnoses musulmanes hétérodoxes (Caron, Hutin, Alchimistes,1959, p. 118) :

Chaque fois qu'il est positivement informé que qui que ce soit cherche à troubler l'église du royaume par des prédications, des enseignements ou des écrits hétérodoxes, au moyen du prosélytisme ou de toute autre manière, le saint synode demande à l'autorité civile la répression du mal... About, Grèce,1854, p. 266.
Emploi subst. Je crois néanmoins que leur vie intérieure [des Jansénistes] reste foncièrement catholique, et c'est pourquoi nous leur faisons, sans hésiter, leur juste place dans cette histoire où les hétérodoxes ne sont pas admis (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 320).
B. − P. ext. Qui ne se conforme pas aux opinions, aux idées traditionnelles ou communément admises dans un domaine donné. Synon. dissident, indépendant; anton. conformiste.J'aboutis à des conclusions plastiques et doctrinales stimulantes, bien que scandaleusement hétérodoxes (Gds cour. pensée math.,1948, p. 484).Et ne sont-ce pas les cubistes hétérodoxes qui, dans la mesure précisément où ils secouaient l'emprise du cubisme, ont cheminé vers l'art abstrait? (Dorival, Peintres xxes., 1957, p. 118).
Prononc. et Orth. : [eteʀ ɔdɔks]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1667 relig. (P.-D. Huet d'apr. Tolmer ds Fr. mod. t. 14, p. 288); 1838 p. ext. « non conformiste » (Ozanam, Philos. Dante, p. 20 : esprits hétérodoxes). Empr. au gr. ε ̔ τ ε ρ ο ́ δ ο ξ ο ς « qui pense autrement qu'un autre, qui a une croyance autre qu'il ne convient (c'est-à-dire fausse) ». Fréq. abs. littér. : 23."
 
J'exemplifie, pour la rassurer, avec un exemple d'antonymie et je cite l'orthodoxie dont je précise ainsi le sens :
 

"ORTHODOXE, adj. et subst.

A. − RELIGION

1. Qui est conforme, qui obéit à la doctrine considérée comme vraie et enseignée officiellement par chacune des religions. Anton. hétérodoxe.
a) [Le subst. désigne une manifestation de l'esprit, une notion théol.] Croyance, dogme, foi, opinion orthodoxe. Les traductions [des Saintes-Écritures] faites par les protestants ne comptaient pas pour les catholiques, et demeuraient suspectes d'interprétation non orthodoxe (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.2, 1842, p.355).Aux U.S.A., où le judaïsme est partagé entre trois tendances (orthodoxe, conservatrice, libérale) les différences entre elles s'amenuisent de plus en plus (Rabi,Anat. du judaïsme fr., Paris, éd. de Minuit, 1962, p.158):
1. Celui-ci [Claudel] va fonder et diriger une revue, paraît-il; revue thomiste et orthodoxe, où ne collaboreront que les plus purs représentants de la littérature catholique d'aujourd'hui. Gide,Journal, 1929, p.934.
b) [Le subst. désigne une pers.] Catholique orthodoxe; juif orthodoxe. Schleiermacher n'est pas (...) un théologien orthodoxe; mais il montre dans les dogmes religieux qu'il adopte de la force de croyance, et une grande vigueur de conception métaphysique (Staël,Allemagne, t.5, 1810, p.47).Monsieur, je ne veux pas juger l'église catholique, je suis très orthodoxe, je crois à ses oeuvres et à ses lois (Balzac,Méd. camp., 1833, p.236):
2. Je lui ai (...) dit combien les dogmes du purgatoire et de l'enfer sont moins explicites qu'on ne le croit généralement, et combien il reste de marge aux croyants les plus orthodoxes, pour l'interprétation de ces dogmes. Martin du G.,J. Barois, 1913, p.541.
Empl. subst. Depuis trois ou quatre siècles, les catholiques et les dissidents de n'importe quelle étable ont tout fait pour dégrader l'imagination humaine. En ce seul point, hérétiques et orthodoxes ont été continuellement unanimes (Bloy,Femme pauvre, 1897, p.169):
3. Vous voyez se dresser (...) l'armée des contemplatifs, coupée en deux; avant et après saint Bernard; d'un côté, les orthodoxes, ceux dont la moindre parole nous doit être précieuse, de l'autre −comment dirons-nous? les illusionnés, non, puisque l'église les approuve −disons donc: de l'autre, ceux qu'il vaut mieux laisser dans leur troublant mystère, ceux qu'il ne nous est pas bon de fréquenter. Bremond,Hist. sent. relig., t.4, 1920, p.489.
2. Qui appartient, qui est relatif aux Églises chrétiennes d'Orient (grecque et russe notamment) séparées de Rome depuis le onzième siècle. Église, prêtre, rite orthodoxe. Bavarois et catholique, il sera toujours pour les Grecs orthodoxes un étranger mal baptisé (About,Grèce, 1854, p.219).Elle appelait sa mère et se mettait à invoquer tous les saints du calendrier orthodoxe (Larbaud,Barnabooth, 1913, p.180):
4. L'évêque de Volo m'invita dans la nuit de Pâques à l'assister à la place du diacre à l'autel. (...) je suivis ainsi d'aussi près que possible une magnifique liturgie orthodoxe (...). Le même évêque de Volo me fit pénétrer dans le hiéron de la cathédrale orthodoxe d'Athènes... Billy,Introïbo, 1939, p.194.
Empl. subst. Même la représentation du Christ en croix est insupportable à certains. Beaucoup d'orthodoxes et de protestants n'en veulent pas (Green,Journal, 1948, p.177).
B. − P. anal.
1. En litt., en pol., dans les sc.Conforme à une doctrine, à un système considérés comme les seuls véritables.
a) [Le subst. désigne une manifestation de l'esprit, le domaine où elle s'exerce] Littérature, marxisme orthodoxe. Jamais ouvrage ne fut plus conforme à la doctrine poétique, plus orthodoxe au Parnasse (Chateaubr.,Martyrs, t.1, 1810, p.88).Il a des raisons définitives et populaires pour pulvériser les hérésies de la philosophie non orthodoxe (Estaunié,Empreinte, 1896, p.36):
5. Cette science orthodoxe a pour principe qu'il y a une vérité une, indépendante de l'individu, susceptible d'être communiquée à n'importe qui et toujours identiquement. Bourget,Actes suivent, 1926, p.6.
b) [Le subst. désigne une pers.] Penseur, théoricien orthodoxe. Quelques savants, d'ailleurs peu orthodoxes, ont prétendu que l'Océan avait été le berceau commun de tout ce qui existe (Brillat-Sav.,Physiol. goût, 1825, p.89).Il se sépare des communistes orthodoxes: il croit qu'il peut y avoir un usage valable de la psychanalyse dans la société bourgeoise (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.47).
Empl. subst. Certaines phrases de M. Renan sont devenues célèbres, à cause du scandale qu'elles ont causé parmi les orthodoxes de tous les partis (Bourget,Essais psychol., 1883, p.44).
2. [Dans des tournures négatives, par antiphrase] Qui est en harmonie, s'accorde avec les opinions, les traditions généralement admises dans une société. Synon. conformiste.Comportement peu orthodoxe; ce n'est pas très orthodoxe (synon. ce n'est pas très catholique). Mon jeune ami, si vous ne prenez des sentiments plus orthodoxes, je serai obligé de rompre tout commerce avec vous. Vous parlez avec une haute imprudence des ministres les plus vertueux (Mérimée,Lettres F. Michel, 1852, p.57).Nous dansions une scottish des moins orthodoxes. Nous inventions des pas (Romains,Hommes bonne vol., 1939, p.140).
REM.
Orthodoxement, adv.D'une manière orthodoxe, conformément aux usages. Ce fils bien-aimé arriva un beau jour en Touraine, et vécut assez orthodoxement auprès de celle qui l'avait nourri (Balzac,OEuvres div., t.2, 1830, p.228).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀtɔdɔks]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1431 adj. théol. «conforme à la saine, vraie doctrine (par opposition à hérétique)» (Sentence ds Isambert, Rec. des anc. lois fr., t.8, p.766); b) av. 1565 subst. orthodos «celui qui croit conformément à la vraie doctrine» (Est. Medicis, Chron., I, 554 ds Gdf. Compl.); 2. 1713 mine peu orthodoxe (Hamilton, Gram., 8 ds Littré); 3. av. 1741 «conforme à une doctrine considérée comme seule vraie» (J. B. Rousseau cité ds Fér.); 4. 1853 peuple orthodoxe (Mérimée, Faux Démétrius, p.46); 1854 église orthodoxe d'Orient (About, Grèce, p.266). Empr. au lat. eccl. orthodoxus «qui a la vraie foi», du gr. ο ρ θ ο ́ δ ο ξ ο ς (de ο ̓ ρ θ ο ́ ς «droit, juste, sensé» et δ ο ́ ξ α «opinion, avis, croyance»); au sens 4 cf. angl. Orthodox (1679 ds NED). Fréq. abs. littér.: 306. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 194, b) 452; xxes.: a) 607, b) 527."
 
J'insiste sur l’étymologie en insistant surla doxa, qui est l'ensemble des opinions communes aux membres d'une société et qui sont relatives à un comportement social. Et là c'est le drame. Ma voisine me dit avoir saisi l'essence de la chose et veut m'en convaincre en exemplifiant à son tour : "Donc pour un ensemble de bouchers-charcutiers qui pensent à l'identique la façon de présenter la bavette d'aloyau, on peut parler de viandoxe... Quel triste monde !
 
Spéciale dédicace à celle qui se reconnaitra, avec la bise du grand chef
Partager cet article
Repost0

commentaires

N
et je suppose que le temps d'expliquer tout ça, la conf était finie... :-)
Répondre
P
Comm' vous l'dites ma p'tite dame... c'est bien du mal !