Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 11:06

Oui Monsieur Hulot, vous avez raison, la lutte pour la préservation et la survie de notre planète ne peut se satisfaire de petits pas politiques. Si à l'instar de Pierre Rabhi, chacun d'entre nous agit, tel le colibri, un peu, le gouvernement d'un pays qui se dit sensible à l'écologie puisqu'il nomme un ministre d'état à ce poste se doit d'emboiter le pas à tous ces petits acteurs, de prendre en compte la réalité de la catastrophe en cours et de réagir sans être influencé par les lobbies de tous poils.

Il y a un peu plus de cinquante ans, alors que je n'avais pas encore le droit de glisser un bulletin dans l'urne, je me souviens qu'un candidat aux présidentielles, René Dumont, se présentait sous l'égide de l'écologie. A l'époque, cette chose nouvelle nous semblait être réservée aux doux dingues, aux soixante-huitards attardés, aux baba-cools ardéchois utopistes... et puis, à mesure du temps, l'écologie s'est affichée comme un réel combat pour la sauvegarde de la planète. A un point tel que les politiques de tous bords ont compris qu'un programme politique, si menteur soit-il, ne pouvait exister sans un pan d'écologie.

On connait la suite, accélération de la catastrophe planétaire, politique des petits (très petits, trop petits) pas pour lutter contre le cancer du progrès et de la croissance irraisonnés, mensonge permanent sur ce qui est nocif, soumission aux lobbies du fric, négationnisme de la dégradation annoncée... Merci messieurs les politiques, de tous bords, de tous pays.

Il y a pourtant, au cœur de nos sociétés, des individus qui alertent, militent, agissent. Quand je dis cela, je pense à tous ces leaders et membres des mouvements qui se soucient de la nature, de la terre, de l'avenir de l'homme. Celles et ceux qui le font, non au nom de la politique politicienne mais bien au sens noble du mot, à dire de la science des affaires de la Cité. Celles et ceux qui, jours après jours, font à leur échelle ces petits pas personnels, qui devraient être relayés, amplifiés, encouragés par les gouvernants mais malheureusement ne le sont que si peu.

Monsieur Hulot, j'ai entendu ce matin votre décision, l'émotion qui vous étreignait en choisissant de la prendre et de la dire. Monsieur Hulot, j'ai pu être critique, voire sarcastique envers vous durant cette année où les politiques, au sens vil du terme, les manipulateurs, les éminences grises... ont œuvré pour vous contrer, vous ont obligé à avaler des couleuvres grandes comme des anacondas. Aujourd'hui, je vous dis simplement mon profond respect devant cette décision qui, je l'espère, on peut encore rêver un peu, sera, au delà des petits commentaires politiciens mesquins des profiteurs, un signe pour que tout un chacun se bouge encore plus.

L'écologie est une chose publique. Au sens propre, une res publica, une république. Si les grands ne sont pas capable de comprendre cela, au delà d'une récupération qui donne la nausée, alors, que chacun d'entre nous en face un peu et que ceux qui en faisaient déjà un peu en face un peu plus.

Face aux cataclysmes qui attendent notre planètes, nos sociétés, nos enfants, je souhaite avec force que la secousse politique de votre démission ébranle les esprits et donne à tous l'envie d'agir pour lutter contre un monde en perdition.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires