Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 12:47

Ce matin, bien au chaud dans mon lit, juste avant de mettre le pied par terre, je me disais que je n'avais pas envie du tout de mettre le pied par terre.

Et je l'ai tout de même fait pour aller au labeur, gagner mon pain quotidien, ainsi que ma moutarde, mon sel et mon poivre quotidiens car le pain quotidien sans rien, pouah que c'est fade.

Ceci fait, un peu avant midi et après avoir acheté mon pain quotidien que j'avais gagné à la force de la sueur de mon front et pas que là, je suis remonté dans ma voiture afin de rentrer à la maison pour déguster le pain quotidien, gagné et acheté, enduit de moutarde, saupoudré de sel et de poivre parce que sinon bof.

J'étais en train d'effectuer la délicate manoeuvre du recul quand un jeune homme vint à ma voiture, côté place du mort. Il ne réclama pas d'être trucidé pour pouvoir s'y assoir mais me fit un signe que j'interprétai de la façon suivante : "Pouvez-vous ouvrir la vitre côté place du mort car j'ai à vous entretenir d'un sujet important sans toutefois que son importance nécessite que je contourne votre véhicule pour aller du côté de la place du vivant, à dire la vôtre"

Bien qu'étant assis à ma place, soit à côté de la place du mort, donc étant vivant car onc ne vit conduire un mort, je m'exécutai, si j'ose dire.

Une fois la vitre ouverte, le jeune homme me salua fort civilement et me demanda : "On a trouvé une canne sur le parking, ce ne serait pas à vous ?"

Après avoir répondu poliment que non, je refermai la vitre, côté place du mort, enclenchai la première, orientai le volant légèrement à droite, démarrai tout de go en roulant sur l'impudent et suivis mon chemin, sans même m'arrêter pour le glisser à la place qui lui était maintenant due, à dire celle du mort, à mon côté.

Moi ! Une canne ??? Non mais !

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Tu préfererais une cane mon canard?
Répondre
P
Oeuf corse !