Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 16:20
JARD D'INDE EÛT SOU... VENIR

Le jardin du souvenir. Etonnante et intelligente façon de gérer les cendres des défunts.

Jusqu'à lundi dernier, je n'en connaissait pas le principe. Merci maman d'avoir contribué une fois de plus à me rendre moins bête en me permettant d'être initié.

Ainsi, une fois la crémation achevée, les cendres sont dispersées dans ledit Jardin du souvenir, à quelques pas du crématorium, de la façon suivante : un employé soulève un petit carré de terre d'une parcelle gazonnée de 10 m de côté, sise dans le cimetière, afin de déposer les cendres et d'ensuite les recouvrir.

Chaque famille sait ainsi l'endroit exact où venir se recueillir, entre le lopin de la dispersion précédente et celui juste à venir. La chose se fait en escargot, lopin après lopin, en partant du bord pour aller progressivement vers le centre de la répartition hélicoïdale. Une fois arrivé au centre de la parcelle, en 24 à 30 mois, on recommence depuis le bord d'icelle, empilant ainsi, décennies après décennies, les cendres des uns et des autres, qui à mesure du temps, descendent progressivement.

Efficace, économique, propre, éternel !

Mais voilà, torturé que je suis et curieux par nature, la chose me pose un certain nombre de questions et m'amène à constater que lors de la réincarnation annoncée dans la religion chrétienne, en procédant ainsi, on court un risque certain.

En effet, la crémation se fait dans un cercueil de bois, plombé ensuite par un officier de police lors de la mise en bière. A cela il faut ajouter que la chose est garnies de poignées, visserie, plaques et symboles religieux en métal.

Alors, quid de la réincarnation ? Si en plus, les cendres sont au nième étage d'une HLM horticolo-funéraire, entre celles de Monsieur X et celles de Madame Y, pour ne prendre que les couches contigües, dont les lombrics, en bons petits terrassiers, auront brassés, des siècles durant, en même temps que les cendres de votre proche, celles qui appartiennent à l'une, celles qui sont propriété de l'autre, le tout agrémenté de l'humus dont on sait bien que c'est aussi, sous une forme différente, tout ce qui reste de ce fût la feuille, le brin d'herbe ou la fleur, ça ne sera pas de la tarte pour faire le tri et rendre à César ce qui est à César.

J'imagine bien d'ici la chose, dans le cumul des éléments précités, que le ressuscité aura une jambe de bois, un poumon d'acier et qu'il sera difficile d'établir sa carte d'identité car il tiendra de lui même mais aussi de Monsieur X et/ou de Madame Y et/ou des trois... en omettant volontairement la question des débris végétaux et de ceux des lombrics décédés en cours de route pour ne pas rendre plus pénible ce qui l'est déjà prodigieusement.

On voit bien que les choses ne seront pas si simples et si Dieu saura reconnaitre les siens, pour ma part, je crois que j'hésiterai longtemps.

Je dédie ce post stupide à toutes celles et ceux, compagne, enfants, frères, soeurs, cousins et cousines de tous bords, proches, ami(e)s, copains et copines, collègues... qui, ces jours derniers, de loin ou de près, en rendant hommage à celle qui fût ma mère, ont grandement contribué, par leur affection, leur gentillesse, leur soutien... à m'aider à passer ce moment.

Merci, je vous serre dans mes bras, en espérant pouvoir vous rendre un jour, ce que vous m'avez apporté.

Partager cet article
Repost0

commentaires