Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de plaisir-de-mots.over-blog.fr
  • : Mon objectif est d'explorer l'inconnu d'une vie nouvelle, grâce, entre autres, à l'écriture. Le ton restera le même; souvent impertinent, parfois cynique mais toujours en tentant de garder ce qui nous permet encore de vivre dans ce drôle de monde, l'humour, dans tous ses états.
  • Contact

Rechercher

4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 17:06
OUI NID TAUX MAT PEU Lé

Oh... il faut que je vous raconte la révélation du jour, vue en pleine ville, alors que je m'en retournai chez moi, satisfait du devoir accompli, nonobstant un froid à ne pas mettre un sans papier dehors.

Je roulais donc tranquillement quand je l'aperçus... miracle de la biotechnologie, je venais de croiser le vraisemblable prototype du Robot-Winny-Tomates-Pelées. Impressionnant.

Ce ne fut pas sa silhouette qui attira mon regard mais bien son allure. Il ne claudiquait pas, non, ce n'est pas vraiment le terme, pas plus qu'il n'affectait une attitude de hip-hopper désarticulé ou encore de condamné du Nebraska au moment fatidique où installé confortablement sur la chaise, il sent qu'entre lui et son bourreau, le courant passe.

Dans un vague habit de tissus noir qui tombait mollement sur un improbable pantalon du même bois, il allait de droite et de gauche, monté sur des baskets blanc immaculé. Etonnant, c'est le mot. Point de ressorts sous ses chausses mais il semblait plus léger que l'air, retombant après chaque impulsion dans une vague hésitation entre le véritable affalement et la stature droite.

Curieuse dynamique ! Curieuse trajectoire. Si la ligne droite est le plus court trajet d'un point à un autre, ou l'option n'était pas de mise dans le kit initial, ou le robot avait découpé son parcours en micro-trajets droits... Bref, il circonvolutionnait en d'hésitants Brandebourgs, patte droite, corps en déséquilibre !

Oui, car si le tronc allait là où le portaient les jambes, celles-ci s'activaient dans une raideur sans nom, amplifiée par les sursauts successifs. Le Robot-Winny-Tomates-Pelées ne marchait pas, il petit-bondissait bien maladroitement, affres d'une construction encore mal maîtrisée, malgré les efforts pour bien faire.

Cependant, le concepteur, certainement peu argenté, du robot, n'avait pas complétement négligé la question de l'équilibre. Afin de rapprocher le barycentre du sol, le savant fou avait bien compris qu'il fallait lester certaines parties de sa créature. Ainsi, il avait trouvé la solution la plus économique qui soit en ces temps de crise : une boîte Winny-tomates-pelées au bout de chaque bras. Géniale, l'idée lui avait permis de dépasser, à vil prix, la difficile question de la stabilité de la chose, même si celle-ci restait perfectible.

J'avoue ne pas vraiment me souvenir de la face du Robot-Winny-Tomates-Pelées si ce n'est des hublots montés sur une paire d'yeux vitreux et dont la ligne de mire tutoyait l'infini. Toutefois, à bien y réfléchir, l'éclair du regard était sensiblement aussi flamboyant que le QI de Nabila.

Vision furtive, qui m'est restée gravée dans l'esprit. Croisement d'humain et de ferraille alimentaire. Miracle du mariage entre technologie et biologie. Pour autant, compte tenu de sa démarche, je doute fort que le carburant du Robot-Winny-Tomates-Pelées ait été la batterie au lithium...

Partager cet article
Repost0

commentaires